Le tournoi international d’Uriage, futur vivier du tennis français ?

sep article

EN BREF – Du samedi 14 au dimanche 22 juillet, Uriage fête la deuxième édition de son tournoi international de tennis. L’occasion de découvrir peut-être la relève de la petite balle jaune. Voulant acquérir une notoriété nationale, cette épreuve dispose d’un parrain de choix cette année en la personne du champion français Julien Benneteau.

 

 

« Nous sommes le pre­mier éche­lon dans la pyra­mide. Ce type de tour­nois est orga­nisé sur­tout pour les jeunes, pour leur mettre le pied à l’étrier et qu’ils com­mencent à se frot­ter à la concur­rence inter­na­tio­nale », explique François Virely, direc­teur du Tournoi de ten­nis ITF 15 000 dol­lars d’Uriage.

 

Les matchs se déroulent sur terre battue dans le parc d'Uriage. © Tennis Club Uriage

Les matchs se déroulent sur terre bat­tue dans le parc d’Uriage. © Tennis Club Uriage

« Cela nous inté­resse parce qu’il y a ce côté for­ma­teur », pré­cise-t-il. « C’est au tra­vers de ces tour­nois que la Direction tech­nique natio­nale et les coachs vont tes­ter leurs jeunes pour voir s’ils ont le niveau pour pro­gres­ser et grim­per [dans la hié­rar­chie, ndlr]. Ils sont donc très pri­sés par la Fédération fran­çaise de ten­nis (FFT). »

 

 

Six joueurs passés par Uriage en 2017 ont disputé Roland-Garros cette année

 

Six joueurs fran­çais qui ont dis­puté Roland-Garros cette année avaient par­ti­cipé à l’épreuve isé­roise en 2017. Parmi eux, son vain­queur Alexandre Muller, l’Isérois Corentin Denolly et Corentin Moutet. Ce der­nier s’est hissé au deuxième tour du tour­noi pari­sien, éli­miné par le Belge Goffin, neu­vième mon­dial.

 

Alexandre Muller, vainqueur de la première édition en 2017. © TC Uriage

Alexandre Muller, vain­queur de la pre­mière édi­tion en 2017. © TC Uriage

Les cinq courts en terre bat­tue d’Uriage sont de nou­veau prêts à accueillir ten­nis­men fran­çais et étran­gers. Samedi 14 juillet, à par­tir de 11 heures, les qua­li­fi­ca­tions lan­ce­ront la com­pé­ti­tion. À l’issue ce celles-ci, le len­de­main, ils seront huit à inté­grer le tableau prin­ci­pal de trente-deux joueurs. Un tableau prin­ci­pal dont les matchs débu­te­ront le 16 juillet à 11 heures. La finale aura lieu dimanche 22 juillet à 15 heures.

 

Cette année, l’organisation a eu plus de temps pour pré­pa­rer l’événement. En 2017, le Tennis Club Uriage avait été sol­li­cité par la FFT pour prendre en urgence la relève de Toulon. Il avait relevé le défi mal­gré un timing on ne peut plus serré.

 

« La déci­sion for­melle a été prise le 26 mai pour un tour­noi qui démar­rait le 13 juillet », indique François Virely. « Compte tenu du cahier des charges très pointu pour l’organisation d’un tel tour­noi, c’était très court. Nous nous sommes mis en mode com­mando. Il ne fal­lait pas se dis­per­ser. La prio­rité des prio­ri­tés était l’organisation tech­nique et spor­tive de la com­pé­ti­tion. La pre­mière édi­tion s’est très bien pas­sée, la météo a été favo­rable. Maintenant, nous sommes dans le calen­drier. »

 

 

« Seul tournoi international de tennis masculin sur l’Isère »

 

Uriage est « le seul tour­noi inter­na­tio­nal de ten­nis mas­cu­lin sur l’Isère », sou­ligne François Virely. Il dis­pose cette année d’un par­rain de luxe : Julien Benneteau. Le Bressan, vain­queur à Roland-Garros en double en 2014, dispute sa der­nière sai­son sur le cir­cuit pro­fes­sion­nel. Nommé récem­ment capi­taine de l’équipe de France de Fed Cup, com­pé­ti­tion fémi­nine par équipes et pays, Julien Benneteau sera pré­sent à Uriage le 17 juillet.

 

Julien Benneteau sera présent à Uriage mardi 17 juillet. © Wikipedia

Julien Benneteau, vain­queur à Roland-Garros en double en 2014, sera pré­sent à Uriage le 17 juillet. © Wikipedia

« Notre ambi­tion est que le tour­noi prenne une noto­riété au niveau natio­nal », affirme François Virely. « Clairement, nous sen­tons que la Fédération est assez fébrile. Elle vou­drait vrai­ment remettre le paquet au niveau de la terre bat­tue, avoir des joueurs qui tiennent la route à Roland-Garros. »

 

Dans cette optique, Uriage pré­sente des atouts à même de séduire. « Avec nos ins­tal­la­tions de bon niveau, le cadre, la proxi­mité avec la sta­tion ther­male avec tout ce qu’il faut en matière de soins et repos, pour­quoi pas accueillir des équipes qui vien­draient se mettre au vert ou se pré­pa­rer ici ? », envi­sage le direc­teur du tour­noi isé­rois.

 

« Nous sommes dans une logique qui cor­res­pond bien à la prio­rité que se donne la Fédération. Nous pré­ten­dons pou­voir répondre à un cer­tain nombre de besoins et attentes pou­vant venir de la Ligue Auvergne – Rhône-Alpes [de ten­nis, ndlr] ou de la Fédération. »

 

Laurent Genin

 

 

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
2829 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.