San Sebastián de Garabandal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Église paroissiale de Garabandal.

San Sebastián de Garabandal ou Garabandal est un village rural et montagneux situé sur la commune de Rionansa dans la région autonome de Cantabrie, en Espagne. Le village fut un lieu de supposées apparitions mariales de 1961 à 1965 qui attirèrent d'importantes foules ainsi qu'une médiatisation soutenue et il bénéficie depuis d'un important tourisme religieux. Ces apparitions ont été très vite dénoncées par l'Église catholique et l'une des « voyantes », s'est rétractée, revenant sur ses déclarations initiales. Après une nouvelle enquête ouverte en 1988, l’Église catholique a conclu à un « non-constat de supernaturalitate », ne reconnaissant pas les apparitions, mais laissant la question non tranchée définitivement.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Aspect du village de Garabandal.

En raison d'une accessibilité réduite, le village a su garder l'aspect qu'il avait durant les années 1960 (et même bien avant) sans que le tourisme de masse ne modifie l'aspect du lieu, contrairement à la ville de Lourdes par exemple.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Apparitions mariales[modifier | modifier le code]

Quatre préadolescentes disent avoir été témoins des apparitions de la Vierge Marie du au [1],[2]. Les extases des quatre filles furent vues, photographiées et filmées par de nombreux témoins[1].

Après avoir effectué plusieurs enquêtes, l'évêque de Santander, Mgr Doroteo Fernandez, puis ses successeurs, conclurent que « le caractère surnaturel n'apparaît pas dans les phénomènes qui ont été attentivement examinés »[3],[4],[5].

« En 1988, l'évêque de Santander, fait de nouveau étudier les faits par une commission interdisciplinaire qui, reprenant l'expression le caractère surnaturel desdites apparitions n'appert point, nuance le jugement de ses prédécesseurs[6]. [..] la Sacré-Congrégation pour la Doctrine de la Foi laisse la question ouverte »[7], reconnaissant l'état de non constat de supernaturalitate établi par l'évêque du lieu à la suite de cette dernière enquête[8],[9]. En 1992 le Cardinal Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, suggère à l’évêque de Santander (de l’époque), de laisser le cas ouvert en tant que Non constat[8],[10],[11] comme cela avait été établi dans les conclusions de l'enquête (de Mgr Vilaplana Blasco) clôturée en 1991[12],[13]. À ce jour, le caractère surnaturel des faits n’a pas été établi par l’Église, mais il n’est pas exclu qu’il le soit à l’avenir si une nouvelle étude des phénomènes est réalisée ou si des faits nouveaux interviennent[8],[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Joachim Bouflet et Philippe Boutry, Un signe dans le ciel : Les apparitions de la Vierge, Grasset, , 475 p. (ISBN 978-2-246-52051-1), p. 364.
  2. (es) Garabandal, el mensaje de nuestra señora del carmen : El aviso y el milagro, Édition spéciale, , p. 7.
  3. « Note de l'évêque de Santander », Documentation catholique, no 1457,‎ .
  4. « Communiqué de l'évêché de Santander du 9 octobre 1968 », Documentation catholique,‎ , p. 47.
  5. Justine Louis, L'Église catholique face à l'extraordinaire chrétien depuis Vatican II, Lyon, , 536 p. (lire en ligne), p. 140-141 (mémoire de Thèse de l'Institut d'Histoire du Christianisme, Université Jean Moulin, Lyon 3, Faculté des Lettres et Civilisation.
  6. En 1970, il n'existait pas dans l’Église catholique de différence entre le non constat de supernaturalitate et le constat de non supernaturalitate. Cette distinction est venue plus tard, en 1978, permettant d'affiner les décisions précédentes.
  7. Bouflet et Boutry 1997, p. 367-368.
  8. a b et c Yves Chiron, « Garabandal : où en est-on ? », La Nef, no 321,‎ , p. 32-33 (lire en ligne, consulté le ).
  9. (es) José Luis Savedra García, Garabandal : Mensaje de esperanza, Felix Lopez, , 288 p. (ISBN 978-84-606-5504-6), p. 267.
  10. (es) Irma Cuesta, « Garabandal sigue vivo », La Verdad,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Card Ratzinger, Carta de la Congregacion de la Fe a Mons Vilaplana, 28 novembre 1992, cité dans (es) Felix Ochayat Pineiro, Estudio sobre Garabandal, Siguenza, , p. 34.
  12. (en) Bishop Jose Vilaplaua, « The Alleged Apparitions at Garabandal », sur EWTN, ewtn.com (consulté le ).
  13. Chiron 2007, p. 365.
  14. Saavedra García 2014, p. 268.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • F. Sanchez-Ventura y Pascual, La Vierge est-elle apparue à Garabandal ?, Nouvelles éditions latines,
  • Père Eusebio Garcia de Pesquera, Elle se rendit en hâte à la montage : Les Faits de Garabandal (1961-1965), Gallimard
  • Père Eusebio Garcia de Pesquera, Garabandal, Faits et Dates, Résiac, 2007 (nouvelle édition)