Garabandal - Prophetie

Prophétie de 1891

Marie Julie Jahenny :

 

« Pendant la période

approchant les châtiments annoncés à La Salette, une quantité illimitée de fausses

révélations surgira de l'enfer comme un essaim de mouches ; une dernière tentative de

Satan pour étouffer et détruire la croyance dans les vraies révélations par des fausses"

 

 

San Sebastian de Garabandal

 

 

C’est un village rural espagnol, situé dans les montagnes. De 1961 à 1965, les apparitions mariales ramenèrent une foule de pèlerins.

 

L’endroit a été très médiatisé.

 

Quatre adolescentes (Mary Dolores Mazon, Conchita Gonzales, Jacinta Gonzalez et Mary Cruz Gonzales) sont les témoins d'une apparition de l'Archange Michel, aux alentours du village, le 18 Juin 1961.

 

L'histoire commence à la tombée du soir, Conchita et Mary-Cruz disparaissent pour aller voler des pommes vertes dans le jardin de l'instituteur.

 

Mary Dolores et Jacinta les suivent et les surprennent en flagrant délit.

- "Conchita, tu voles des pommes", crie Jacinta.

- "Chut ! Tais-toi, si on t'entend on le dira à Maman"

 

Conchita, apeurée se cacha tandis que Mary Cruz s'enfuit.

- "Ne pars pas Maria-Cruz," crie Mary Dolores. "Nous t'avons vue et nous allons le dire au propriétaire."

 

Mary Cruz s'arrêta de courir et revint avec les 3 enfants. Il était 20H30. Après quelques instants, les quatre enfants se sentant rassurés, volèrent à nouveau des pommes et les croquèrent joyeusement.

 

Le tonnerre gronda.

- As-tu entendu ?

- Oui, il va pleuvoir.

 

Après avoir mangé les pommes, elles commencèrent à avoir des remords.

- "Ce que nous avons fait est mal".

- "Nos anges gardiens doivent être fâchés".

- "Et le diable doit être content".

 

Elles voulurent réparer leur fautes et consoler leurs "bons anges gardiens".

Elles lancèrent des pierres de toutes leurs forces à l'endroit où elles croyaient que se tenait le diable.

 

S'étant fait ainsi bonne conscience elles se mirent à jouer.

Soudain Conchita vit un ange qui restait silencieux.

 

C'est ainsi que débute l'histoire de Garabandal, par un vol, un vol de pommes et une violence.

 

On est loin de la sérénité et de la sainteté catholique. Qui plus est la pomme est un sinistre symbole. 

 

 

Puis il y eu 8 autres apparitions de l’Archange Michel, et à la dernière il annonçait la venue de Notre Dame du Mont Carmel pour le 2 juillet.

 

Entre juillet 1961 et novembre 1965, en seulement 4 ans, la Vierge leur apparaît environ 2000 fois.

 

L'une des visionnaires raconte qu'elle était effrayée de voir la façon dont la Vierge tenait son enfant, car elle pensait qu'il allait tomber.

L'apparition refuse qu'on lui présente des objets bénis, (elle désire les bénir elle-même).

 

 

L’Eglise ne reconnait pas les évènements. 

En 1967, l’évêque Vicente Puchol Montis publie une note affirmant qu’il n’y a eu aucune apparition (ni de la Vierge, ni de Saint Michel), qu’il n’y a eu aucun message, et que les faits ont une explication naturelle.

Toutes autres tentatives pour faire reconnaître Garabandal s’avèreront vaines.

 

Monseigneur Franjo Seper déclarera « le Saint Siège n’a jamais approuvé, même indirectement, le mouvement de Garabandal. Bien au contraire le Saint Siège déplore le fait que certaines personnes et institutions persistent à répandre le mouvement. »

 

Les adolescentes se rétractent en 1966 en déclarant qu’il s’agissait d’un jeu d’enfant qui les aurait poussé à mettre en scène des transes spectaculaires.

 

Puis deux d’entres elles renient leur rétractations, mais elles restent évasives, manifestent des trous de mémoire.

 

Les extases :

Elles ont été filmées et photographiée, beaucoup de témoins les ont vues.

Parfois les filles chutent violemment en avant, frappant leurs genoux contre les pierres sans laisser de marques.

 

On constate de légères lévitations, les déplacements en arrière tête en l’air de façon très rapide.

Il est impossible de soulever les filles.

En 1962, il apparaît dans la bouche de Conchita une hostie. L’archange Michel la lui aurait donnée, et les mains de l’archange ont été vues et photographiée par de nombreux témoins.

 

Le medium Vassula Ryden écrit dans ‘’la Vraie Vie en Dieu’’ :

 

« Ma fille, écris le mot ‘’Garabandal’’. Les apparitions de Garabandal sont authentiques (…)

Je me suis manifesté à travers toi pour lever ce doute sur Garabandal.

Les apparitions de Garabandal sont authentiques et Mes enfants ont vraiment vu Ma Mère et entendu Ses messages. (…) Ceux qui se dressent contre les apparitions et les messages de Garabandal sont ceux qui Me blessent.

Ils sont les épines de Mon Corps. 

Je désire que le Saint Siège M’honore en bénissant ces lieux sacrés. (…)

Je viens glorifier Garabandal  (…) ensemble, toi et Moi nous sanctifierons Garabandal, car Saint est ce lieu, puisque Ma Mère et Moi y sommes apparus. (…)

Le sanctuaire de Fatima appelle à la sanctification de Garabandal (…) Pourquoi répéter vos erreurs ? 

Le sanctuaire de Fatima pleure amèrement des abus et des rejets de Garabandal. (…)

Mais une fois de plus Satan a jeté de la poussière dans les yeux des autorités ecclésiastiques (...) »

 

Les messages :

Le nombre est assez conséquent puisqu’il y en plus de 2000.

 

La Vierge répète que c’est le dernier avertissement « Moi votre mère par l'intercession de l'archange Saint-Michel, je vous demande de vous amender.

Ceci est le dernier avertissement.

Je vous aime beaucoup et ne veux pas votre condamnation. Priez-nous sincèrement et nous vous exaucerons. Faites plus de sacrifices. »

Message du 18 Juin 1965, filmé par la télévision espagnole.

 

Le vocabulaire est similaire aux autres apparitions contestables «(…) Mais d’abord vous devez mener de bonnes vies, sinon, un châtiment vous sera donné.

La coupe est en train de ses remplir, un grand châtiment tombera sur vous si vous ne changez pas. (…) »

Message de octobre 1961.

 

Des secrets : Conchita connaît la date d’un grand miracle et la communiquera 8 jours avant.

 

 

Les voyantes :

Conchita Gonzalez voulut entrer au couvent mais "Jésus" lui aurait dit de revenir au monde.

Elle s'est mariée à New York, puis s'est installée à Long Island.

Ses proches ne sont pas venus à son mariage.

Elle a quatre enfants et de nombreux petits enfants.

(En 1966, elle s'était rendue à Rome pour voir le Pape, mais refuse de donner des détails sur ce point.)

 

Jacinta Gonzalez s'est mariée à Garabandal, puis s'est installée prés de Los Angeles en Californie. Elle a adopté une fille.

 

Maria Dolorez Mazon s'est mariée à Brokton aux Etats Unis, et s'est installée dans le Massachussets. Elle a eu trois enfants. Elle est aujourd'hui décédée.

 

Mari-Cruz Gonzalez s'est mariée à Puentenansa et habite Aviles.

Elle a quatre enfants.

 

 

Aucune d'entre elles n'a eu la vocation religieuse.

Deux d'entre elles se sont fâchées.

Mari Cruz et Jacinta sont les seules à revenir à Garabandal de temps en temps.

 

 

Padre Pio

 

on raconte que Conchita aurait reçu une lettre de Padre Pio confirmant les apparitions. (Conchita est allée elle-même le rencontrer plus tard dans son monastère en Italie).

 

Extrait du livre du Père Pelletier,  « Our Lady Comes to Garabandal ».

 

« Le 3 mars 1962, Conchita reçoit une lettre écrite en italien à la machine, non signée, ne portant sur l'enveloppe aucune adresse d'expéditeur, mais seulement un cachet d'oblitération maculé et illisible.

 

La lettre, où les enfants sont appelées "les petites filles bénies de Saint-Sébastien de Garabandal", affirme comme réelles leurs visions de la Sainte Vierge et se termine par ces mots :

"Je vous donne seulement un conseil : priez et faites prier, car le monde entre en perdition.

On ne vous croit pas et on ne croit pas vos colloques avec la Dame Blanche ; on y croira quand il sera trop tard."

 

Conchita demanda à la Sainte Vierge de qui était cette lettre et la vision lui assura qu'il s'agissait bien du Padre Pio.

 

 

Note de l'éditeur :    

La "lettre du Padre Pio" dont parle Conchita n'était pas de sa main.

C'était un message venant du Padre Pio, mais rédigé par le Père Pellegrino.

 

"22 août 1968 
Couvent des Capucins, S. Marie de la Grâce, 71013 Giovanni 
Rotondo (Foggia) Italie.

 

Pour Conchita. 

P. Pio a dit: ... "Je prie la Très Sainte Vierge de la réconforter et de la guider toujours vers la sainteté.

Je la bénis de tout mon cœur."

 

P. Pellegrino" »

 

 

 

Le message du Padre Pio ne concerne donc pas la véracité des apparitions.

 

Conchita a laissé cette lettre à sa mère qui se trouve aujourd’hui en Espagne.

 

 

 

Prophéties :

 

Il y en a quatre parmi les plus connus :

 

- un avertissement céleste d’ampleur mondiale que chacun ressentira en lui au même moment,

(et qui aurait dû se réaliser du vivant de Jean Paul II) :

Les paroles de la Vierge de Garabandal :

"A un moment, aucun moteur ou machine ne fonctionnera.

Une terrible vague de chaleur touchera la terre et les gens commenceront ) avoir une soif intense.

Ils chercheront, désespérés de l'eau, mais elle s'évaporera à cause de la chaleur.

Les gens auront tellement soif qu'ils chercheront à se tuer les uns les autres.

 

Mais ils s'écrouleront sur le sol, sans forces."

 

- un grand miracle qui suivra,

 

- un grand signe demeurera au dessus de Garabandal et sera visible jusqu’à la fin des temps (on pourra le photographier mais pas le toucher)

 

- un grand châtiment qui viendra nous punir si l’on n’a pas rempli les attentes de la Sainte Vierge et si les hommes ne se convertissent pas.

 

 

On peut aussi ces paroles de la Vierge de Garabandal en 1962, rapportées par Conchita :

"Après la mort du Pape Jean XXIII, , il y aura encore trois Papes.

Et l'un d'eux aura un règne très court.

Après cela viendra la fin des temps mais pas la fin du monde."

La fin des temps aurait du se produire sous Jean Paul II. En pleine guerre froide, cette période a connu beaucoup de moments critiques qui ont souvent failli dégénérer.

 

Conchita répéta à sa mère "Seguramente pues, ya pas quedan mas que tres ! "

Ce qui veut dire : 

-"Pour sûr, à partir de maintenant, il n'y aura plus que trois autres Papes."

-"Comment sais tu qu'il n'y aura plus que trois papes ?" demande sa mère.

-"Je le sais de la Sainte Vierge. En fait, il y en aura encore quatre, mais il y en a un qu'elle ne compte pas".

- "Pourquoi elle ne le compte pas ?"

- "Elle ne m'a pas dit. Elle a seulement dit que l'un d'entre eux ne régnera que très peu de temps".

- "C'est pour ça qu'elle ne le compte pas ?"

- "Ça, elle ne ma l'a pas dit". 

 

Dans les faits, il a eu l'élection de Paul VI, Jean Paul 1er (qui effectivement a eu un règne très court mais qui compte surement pour la Sainte Vierge) et Jean Paul II.

Mais ensuite l'élection de Benoît XVI et François 1er viennent complètement démentir  cette prophétie.

 

 

La Vierge de Garabandal dit aussi en 1962 :

"On verra dans le ciel comme deux étoiles qui entreront en collision dans un vacarme épouvantable et beaucoup de lumière.

Mais elles ne tomberont pas.

L'humanité sera effrayée."

 

Un corps incorruptible :

Il a été prédit que Le Père Luis Andreu qui est mort après une apparition à Garabandal devait garder un corps incorruptible.

En 1977, c'est pourtant un squelette ordinaire qui est retrouvé dans sa tombe.

On change alors pour dire qu'il retrouvera un corps incorruptible le lendemain du grand miracle. 

 

Il y a bien peu de chance de voir un jour ce grand miracle : il a été prédit que Joey Lomangino devait retrouver ses yeux et voir ce grand miracle.

 

Le 7 février 1974, interview de Conchita : "En ce qui concerne Joey, la seule chose que je me souviens maintenant, c'est que la Vierge m'a dit qu'au moment du Miracle, Joey aura de nouveaux yeux et il verra de façon permanente par la suite."

 

 

Or Joey est mort le 18 juin 2014 sans que rien ne se soit produit.

 

 

Chute des "voyantes" lors des extases spectaculaires de Garabandal



Fausses apparitions

 

 

Sources :

 

Le guide du pèlerin : Garabandal, le village, par Christophe Hayère, Maryvonne Maliet-Hémery et Denis Selosse, éditions Pays et Terroirs.

Les Apparitions de Garabandal, par Frère Paul-Marie, éditions Hovine.

La Vierge est-elle apparue à Garabandal ?, par F. Sanchez-Ventura y Pascual, Nouvelles éditions latines, 1966.

Garabandal, le dernier espoir, par Christophe Hayère, éditions Pays et Terroirs.

Garabandal, Faits et Dates (nouvelle édition 2007), par Père Eusebio Garcia de Pesquera, éditions Résiac.

Les apparitions de Garabandal: L'ultime avertissement?, par Ramon Perez, éditions Résiac.

Garabandal, le village parle, par Ramon Perez, Résiac, Montsurs, 1977

"Der Zeigefinger Gottes", Albrecht Weber, Meersburg (allemagne) Weto verlag ou Weca éditions, 1993

Partagez votre site

Toutes les prophéties
Toutes les prophéties