Automobile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Automobile
Automobile
La Citroën Traction Avant, modèle emblématique des années 1935-1960 en France.

Appelé aussi Voiture automobile
Utilisation
Utilisation Véhicule à usage personnel ou pour un nombre limité de personnes
Années Depuis les années 1890
Caractéristiques
Type Véhicule de transport routier de personne
Énergie Essence, Gazole, Electricité, GPL, GNV, Bioéthanol, Hybride, Hybride rechargeable, Hydrogène
Poids à vide Entre 700 et 2 000 kg

Une automobile[a] (simplification historique de l'expression « voiture légère automobile ») est un véhicule à roues, motorisé et destiné au transport terrestre de quelques personnes et de leurs bagages[1]. L'abréviation populaire « voiture » est assez courante, bien que ce terme désigne de nombreux types de véhicules qui ne sont pas tous motorisés[2].

La construction automobile est un secteur économique important pour les pays possédant des constructeurs ou des sites d'assemblage. Son industrie a été l'un des secteurs les plus importants et les plus influents depuis le début du XXe siècle.

Volkswagen Coccinelle (1938-2003), « la voiture du peuple ».
Une automobile contemporaine de type SUV. En 2019, la part de ce segment atteint 40 % des ventes en Europe et continue de croître[3].

Description[modifier | modifier le code]

L'automobile est un moyen de transport privé parmi les plus répandus. Sa capacité est généralement de deux à cinq personnes, mais peut varier de une à neuf places.

L'usage limite l'emploi du terme automobile aux véhicules possédant quatre roues, ou plus rarement trois ou six roues, de dimensions inférieures à celle des autobus et des camions, mais englobe parfois les camionnettes. Bien qu'étant des « véhicules automobiles », les motocyclettes ne sont pas habituellement classées dans cette catégorie.

Étymologie et vocabulaire[modifier | modifier le code]

Fardier de Cugnot, premier véhicule automobile en 1771.
Publicité des années 1900.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme « automobile » est un adjectif issu de la concaténation du préfixe grec αὐτός (« soi-même ») et du suffixe latin mobilis (« mobile »). Il a été créé, initialement, pour désigner les voitures automobiles lors de l'invention des premières « voitures sans chevaux », qui étaient munies d'un moteur avec source d'énergie embarquée[4]. Le terme permettait de faire la distinction d'avec les autres voitures alors tractées, notamment diligences, calèches, carrioles, chariots. Ces autres voitures étaient mues par des animaux de trait (généralement des chevaux, telles les voitures hippomobiles, ou des bœufs) et plus tard le chemin de fer.

Le substantif « automobile » est attesté vers 1890, mais son genre, aujourd'hui seulement féminin, a fait pour les linguistes l'objet de débats[5] : le féminin fait référence à la notion de voiture automobile, alors que le masculin fait référence à la notion de véhicule automobile[6]. L'Académie française s'est ainsi prononcée dès 1901 pour le genre féminin[7], mais la polémique ne s'est éteinte que bien après, le masculin étant attesté ponctuellement jusqu'en 1944[5],[réf. nécessaire].

Définitions et usages[modifier | modifier le code]

Pour parler d'un véhicule de tourisme, les termes « automobiles » et « voiture » peuvent être utilisés, toutefois, selon la réglementation du secteur, des définitions parfois différentes ont été utilisées, notamment dans la convention de Vienne sur la circulation routière. Dans les accords internationaux, la catégorie de véhicule qui se rapproche le plus de la voiture est la catégorie M1.

Le terme « véhicule automobile » est plus large que le terme « voiture automobile », il couvre l'ensemble des véhicules motorisés d'au moins quatre roues. Ainsi, dès 1956, Chapelain note que « De par leur destination, les véhicules automobiles sont classés en : − voitures de tourisme ; − véhicules utilitaires ; − véhicules spéciauxDéfinitions lexicographiques et étymologiques de « véhicule » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales. »

En France, le code de la route définit la voiture particulière comme un véhicule de catégorie M1 à quatre roues et neuf places au plus, ne répondant pas à la définition du véhicule des catégories L6e ou L7e et ayant un poids total autorisé en charge inférieur ou égal à 3,5 tonnes[8]. Aujourd'hui, en France, on désigne une voiture de tourisme souvent comme une « voiture » et parfois comme une « auto », mais très rarement « automobile », pas assez précis et devenu désuet. Le terme « automobile » reste employé comme adjectif.

Au Québec, le code de la sécurité routière définit le « véhicule automobile » comme « un véhicule routier motorisé qui est adapté essentiellement pour le transport d’une personne ou d’un bien »[réf. nécessaire].

En Suisse, la loi définit les véhicules automobiles dans son article 7 :

« 1 Est réputé véhicule automobile au sens de la présente loi tout véhicule pourvu d’un propre dispositif de propulsion lui permettant de circuler sur terre sans devoir suivre une voie ferrée.

2 Les trolleybus et véhicules analogues sont soumis à la présente loi dans la mesure prévue par la législation sur les entreprises de trolleybus. »

Dans l'Union européenne, les différentes notions nationales ont été harmonisées dans le but du marché commun en 1970, par une directive qui base l'alignement sur les définitions des accords internationaux[9] :

  • catégorie M : « Véhicules à moteur affectés au transport de personnes et ayant soit au moins quatre roues, soit trois roues et un poids maximal excédant 1 tonne » ;
  • catégorie M1 : « Véhicules affectés au transport de personnes comportant, outre le siège du conducteur, huit places assises au maximum. »

En raison de sa large diffusion et de son usage dans les milieux les plus variés, la voiture automobile est aujourd'hui appelée par de nombreux noms familiers, comme « auto », « bagnole », ou « char »[10] en Amérique du Nord francophone, et argotiques, comme « tacot », « caisse », « tire »[11], « guimbarde », « chignole », « charrette » en Europe, ainsi que « minoune » au Canada[réf. souhaitée].

Technique[modifier | modifier le code]

BREMS Nr. 1 Type A 1900.

Le principe de l'automobile consiste à placer sur un châssis roulant un groupe motopropulseur et tous les accessoires nécessaires à son fonctionnement. Ces éléments sont contrôlés par le conducteur via des commandes, le plus souvent sous la forme d'un volant de direction et de pédales commandant l'accélération, le freinage et souvent l'embrayage.

Un châssis ou une carrosserie autoporteuse supporte et réunit tous les composants de l'automobile. Le châssis est monté sur quatre roues, dont deux sont directrices ou plus rarement les quatre, permettant sa mobilité. Des suspensions réalisent quant à elles une liaison élastique entre le châssis et les roues. Une carrosserie, en partie vitrée, constituant un habitacle fermé muni de sièges, permet le transport de personnes assises, par tout temps tandis que les cabriolets reçoivent une capote ou un toit escamotable.

Les automobiles sont généralement propulsées par un moteur à combustion interne, mais un ou plusieurs moteurs électriques peuvent également fonctionner de concert avec le moteur thermique, voire le remplacer. La puissance mécanique fournie par le moteur est transmise aux roues par l'intermédiaire des organes de transmission dont une boîte de vitesses. Un réservoir permet le stockage du carburant nécessaire au fonctionnement du moteur thermique, tandis qu'une batterie, rechargée par un alternateur entraîné par le moteur, alimente en électricité tous les organes et accessoires le nécessitant.

Les instruments de contrôle et les commandes tels que le volant, les pédales, l'indicateur de vitesse ou le tachymètre, permettent la conduite de l'automobile. Enfin, les éléments de confort (chauffage, ventilation, climatisation, autoradioetc.) et de sécurité (éclairage, ABSetc.) sont des accessoires en nombre toujours croissant.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Ford T, première voiture de grande série (photo publicitaire de 1910).

Évolutions techniques[modifier | modifier le code]

Le premier véhicule automobile fonctionnel a été inventé en 1769 par Nicolas Joseph Cugnot sous le nom de fardier de Cugnot[12] mais il faut attendre la deuxième moitié du XIXe siècle et les progrès liés à la révolution industrielle pour que les véhicules automobiles personnels se développent et prennent finalement leur nom actuel d'automobile. La naissance de l'automobile s'est faite par l'adaptation d'une machine à vapeur sur un châssis autonome mais des problèmes techniques et sociaux ont retardé son développement. L'encombrement de la chaudière, les matériaux inadaptés aux hautes pressions et les châssis supportant mal les vibrations furent les principaux obstacles techniques et la dangerosité perçue et réelle de ces engins sur les routes à l'époque a conduit à des législations contraignantes, comme le Locomotive Act au Royaume-Uni[13].

L'histoire automobile a commencé dans la vallée d'Aoste (Italie), où les premières expériences réussies ont eu lieu en 1864. Innocent Manzetti est le concepteur d'une voiture à vapeur qui pouvait circuler le long des rues[14]. Les journaux d'Aoste et de Turin l'évoquent entre 1869 et 1870[15].

En France, les premières automobiles produites et commercialisées sont à vapeur (L'Obéissante d'Amédée Bollée en 1873[16]), puis les premiers prototypes utilisent les nouveaux moteurs à explosion, moins encombrants, au milieu des années 1880 sous l'impulsion d'un ingénieur français Édouard Delamare-Deboutteville et d'un ingénieur allemand Gottlieb Daimler. En 1881, Charles Jeantaud sort sa première voiture automobile électrique, équipée de batteries d'accumulateurs Faure, la Tilbury.

La Sirène de Henry Bauchet créée en 1899, première voiture avec prise directe, moteur de 5CV à l'avant, deux cylindres en V, refroidissement par air, transmission sans chaîne, boîte de vitesses à pignons baladeurs et prise directe, allumage électrique redécouvert plus tard sous le nom de « Delco ».

Le développement des connaissances liées à l'électricité mène à la réalisation des premières voitures électriques : trois modes de propulsion sont donc en concurrence au tournant du XXe siècle. La vapeur est rapidement supplantée et le développement rapide des performances des voitures électriques est stoppé par l'absence de progrès notable dans le stockage de l'énergie, c'est donc le moteur à combustion qui l'emporte sur les autres modes de propulsion. Cette époque est celle de la course à la vitesse, et c'est d'abord la voiture électrique qui s'y illustre (La Jamais contente est la première à franchir la barre des 100 km/h, en 1899[17]) avant d'être supplantée par la voiture à moteur à explosion. C'est aussi la période de naissance des premières compétitions automobiles, telle Paris-Rouen en . L'automobile reste alors un produit de luxe, à l'usage contraignant, utilisé sur des infrastructures totalement inadaptées.

L'histoire de la voiture a fait naître et vivre différents métiers. À ce moment de l'histoire, construire une voiture était une affaire collective dans laquelle carrossiers, mais aussi charrons, serruriers, malletier, selliers-garnisseurs, bourreliers, plaqueurs et peintres étaient impliqués ensemble. Tout était fait sur mesure, des carrosseries qui s'adaptaient aux châssis, aux sièges et aux bagages arrimés à l'arrière pour les premiers voyages.

La Coccinelle, voiture la plus vendue au monde.
Une Mercedes-Benz 300 SL à portes « papillon », modèle emblématique des années 1950-1960.

Deux facteurs vont contribuer à son développement : le revêtement progressif des routes en ville puis en campagne, afin de faciliter l'usage des bicyclettes et des voitures, et le développement de nouvelles méthodes de production (taylorisme, fordisme, toyotisme), qui mènent à la première voiture de grande série, la Ford T. Celle-ci pose définitivement l'empreinte de l'automobile sur la société du XXe siècle. Les innovations se succèdent ensuite, mais sans changement fondamental conceptuel. Les grandes lignes de l'automobile de série actuelle sont tracées par Lancia en 1922 avec la Lambda à carrosserie autoporteuse et suspension avant indépendante, Chrysler en 1934 avec la Airflow qui introduit l'aérodynamique dans l'automobile de série, Citroën et le développement de la Traction Avant à partir de 1934, puis l'introduction des freins à disque sur la DS en 1955, ou encore par Porsche et la boîte de vitesses à synchroniseurs coniques de la 356[18]. Après la guerre, la société de consommation contribue aussi au succès de l'automobile. Selon l'historien J-C Daumas, c'est dans les années 1950-1960 que beaucoup de salariés acquièrent leur première voiture[19].

Évolution des relations des individus à l'automobile[modifier | modifier le code]

L'automobile a connu dans tous les pays une longue période d'engouement ; le temps moyen passé au volant a connu une forte croissance avec, aux États-Unis, un driving boom ; de 1970 à 2004, la distance parcourue au volant par un Américain moyen a presque doublé (+85 %), passant de 8 700 à 16 100 km/an. Ensuite, cette tendance s'est stabilisée jusqu'en 2011, et a fait suite à une légère diminution en 2012 (1 000 km/an en moins par conducteur)[20]. Sur cette base, un scénario prospectif dit « ongoing decline » a postulé en 2013 que par imitation de la jeune génération actuelle, le déclin de l'appétence pour l'automobile pourrait se poursuivre[21]. Dans plusieurs pays, le désir de posséder une voiture ou un permis de conduire semble s'atténuer, dans les zones urbaines notamment. Ce mouvement est le plus marqué chez la génération Y : les 16-34 ans prennent moins le volant ; −23 % de 2001 à 2009 du nombre de kilomètres annuels parcourus[21].

En Occident, le rythme le plus rapide de croissance du marché a été lié à l'engouement pour la voiture des « années folles ». Il a ensuite été marqué par des crises (krach de 1929, Seconde Guerre mondiale, crises de l'énergie, etc.) qui ont plusieurs fois redistribué les cartes industrielles, favorisant les regroupements, et provoqué le retour en grâce des petites automobiles ; l'apogée de ce phénomène étant atteinte en Allemagne dans les années 1950 avec les micro-voitures telles l'Isetta.

Les Trente Glorieuses ont relancé l'essor de tous les secteurs automobiles, traduit par une augmentation du choix, de la production et de l'accession à l'automobile, via l'ouverture du recours au crédit dans les années 1960[22], élan stoppé par le premier choc pétrolier. Celui-ci, conjugué à la hausse de l'insécurité routière, aura des conséquences durables sur la relation entre l'automobile et la société, conduisant en particulier à une forte vague de réglementation de la vitesse.

Puis les aspects socioenvironnementaux (écologie, sécurité routière) sont devenus des enjeux, tant pour la conception des automobiles et des transports à la fin de XXe siècle, que pour les choix des consommateurs, conduisant à des innovations telles que le downsizing, la motorisation hybride lancée sur la Toyota Prius (1997) puis la Honda Insight (1999) et, le retour de la voiture tout électrique Renault Zoe, Tesla tous modèles.

La voiture et la mobilité motorisée individuelles pourraient encore techniquement évoluer, voire à l'avenir disparaître au profit d'autres moyens de transport dans une ville ou un « monde sans voitures », avec des effets que certains prospectivistes tentent d'imaginer[23]. Par exemple, quatre doctorants du Laboratoire d’urbanisme de l'École polytechnique fédérale de Lausanne travaillent sur les acteurs ou les prémisses d'un possible changement[Comment ?][24] et le devenir potentiel des espaces urbains qui seraient ainsi libérés[25]. Dans les régions densément desservies par les transports en commun, certains comportements semblent révéler une désaffection pour la voiture, avec une diminution de ventes, et la baisse du taux de jeunes passant ou souhaitant passer leur permis de conduire.

Économie[modifier | modifier le code]

De 1965 à 2001 :
  • Nombre de voitures produites par an
  • Nombre de voitures en circulation

Secteur industriel automobile[modifier | modifier le code]

L'industrie automobile prend une place importante dans l'industrie de plusieurs grands pays industrialisés. Elle prend parfois un aspect stratégique, compte tenu à la fois de sa proximité historique avec les industries militaires[source insuffisante], de sa contribution au produit intérieur brut et à l'emploi de certains pays (États-Unis, France, Royaume-Uni, Allemagne) et de l'image que l'automobile peut donner d'un pays auprès de l'extérieur (le design italien, l'american way of life, la mécanique allemande, le zéro défaut japonais, l'innovation française, etc.)[26].

Le secteur de l'industrie automobile est aujourd'hui organisé en grands groupes d'assembleurs finaux qui utilisent des pièces en provenance d'un grand nombre de fournisseurs et de sous-traitants, mais qui maintiennent généralement en interne les activités industrielles les plus lourdes comme la tôlerie ou la production des moteurs[réf. souhaitée].

En 2013, la production globale s'élève à 83 millions de voitures particulières, soit 20 % de plus qu'en 2008[27].

Les équipementiers dont le chiffre d'affaires est supérieur à 10 milliards d'euros sont Denso, Delphi, Visteon, Valeo, Faurecia, Magna International et Bosch[réf. nécessaire].

Principaux producteurs mondiaux[modifier | modifier le code]

Graphique reprenant les dix plus grands pays producteurs d'automobile en 2007 : Japon à environ 10 millions, Chine et Allemagne environ 6 millions, États-Unis et Corée du Sud à plus de 3 millions, puis France, Brésil, Espagne, Inde et Royaume-Uni autour de 2 millions
Les dix plus grands pays producteurs d'automobiles en 2007.

En date de 2012, les principaux producteurs mondiaux d'automobiles, par groupe, en 2010 (VP) incluent :

  1. Volkswagen AG (Volkswagen, Audi, Škoda, Seatetc.) : 8 576 964
  2. Toyota (Toyota, Lexus, Scion et Daihatsu) : 8 381 968
  3. Hyundai Kia Automotive Group (Hyundai et Kia) : 6 761 074
  4. General Motors (Chevrolet, Cadillac, Buicketc.) : 6 608 567
  5. Alliance Renault-Nissan (Renault, Nissan, Daciaetc.) : 6 133 715
  6. Honda (Honda et Acura) : 4 078 376
  7. Ford Motor Company (Ford, Lincoln) : 3 123 340
  8. PSA (Peugeot et Citroën, Opel) : 2 554 059
  9. Suzuki : 2 483 721
  10. BMW (BMW, Rolls-Royce et Mini) : 2 065 216

Distribution[modifier | modifier le code]

La vente d'automobiles représente aussi un important secteur économique. La diffusion de la production automobile est généralement assurée par un d'entreprises indépendantes, pour les constructeurs nationaux, ou via un importateur, avec le même type de réseau, pour les autres. L'importateur peut ne pas être une filiale du fabricant. Le réseau est généralement assuré d'une exclusivité régionale. Ce schéma classique de distribution a été mis à mal par les règles de libre concurrence s'exerçant dans de nombreux pays et a conduit au développement des mandataires automobiles[réf. nécessaire].

En outre, la consommation automobile représente la part la plus importante du volume des crédits à la consommation, avec, en France en 2001, 37 % du volume de crédit affecté à l'achat de voitures neuves, et 66 % si on y ajoute les voitures d'occasion[28].

Nombre moyen de voitures pour 1 000 habitants, selon le pays (aux environs de 2005-2008)
  • 601+
  • 501-600
  • 301-500
  • 151-300
  • 101-150
  • 61-100
  • 41-60
  • 21-40
  • 11-20
  • 0-10
Nombre absolu de voitures en circulation par pays en 2000, exprimé en pourcentage du plus gros marché, celui des États-Unis :
  • 100 %
  • 10 %
  • 1 %

Sécurité routière[modifier | modifier le code]

Voiture de la police autoroutière australienne.

Dès sa naissance, l'automobile a été perçue comme une invention dangereuse. Son évolution, destinée à répondre à la problématique soulevée par la prévention et la sécurité routières telles qu'elle était perçue au cours des années, a été tortueuse. Hormis la gestion du réseau routier ou du comportement des usagers, les problèmes soulevés sont ceux de la sécurité passive — la protection des occupants et des autres usagers en cas d'accident de la route — et de la sécurité active — les moyens techniques embarqués afin d'éviter l'accident. Historiquement, seul ce dernier aspect a continûment été amélioré ; L'amélioration de la sécurité passive n'a commencé que dans les années 1970, période de recrudescence des accidents mortels.

Évolution[modifier | modifier le code]

Évolution comparative du nombre de tués par milliards de kilomètres parcourus entre différents pays européens.

Les premières voitures allaient à la vitesse du cheval mais contrairement à lui, étaient incapables d'être stoppées rapidement, surtout sur un réseau routier inadapté. La difficulté de leur conduite et la peur de cet engin nouveau ont conduit certains pays à légiférer très strictement en la matière, en imposant aux voitures d'êtres précédées d'un homme à pied (Locomotive Act au Royaume-Uni, par exemple)[29].

Le changement de perception par le grand public s'est produit lorsque l'automobile s'est démocratisée. Des années 1920 aux années 1960, la sécurité routière, ou son absence, sont subies. La vitesse est libre hors agglomération et les comportements inciviques banals. En France, l'hécatombe a connu un sommet en 1972 avec 16 548 morts cette année-là, qui est marquée par la création de l'organisme interministériel de la sécurité routière[30]. Une baisse significative a été obtenue par la suite grâce à l'amélioration des véhicules, à la mise en place des limitations de vitesse, de l'obligation de port de la ceinture de sécurité, grâce à l'extension des autoroutes et à la réduction de la consommation de psychotropes et notamment l'alcool, pour arriver à environ 6 000 tués en France au début des années 2000.

Cette évolution observable dans les pays développés est loin d'être généralisée. L'augmentation extrêmement rapide du nombre de véhicules en circulation dans les pays en développement (Chine, Inde, etc.) ou l'absence d'intervention pour la sécurité routière dans d'autres (Russie, Iran, etc.), conduit à une mortalité routière toujours en hausse à l'échelle mondiale, et pourrait devenir une des trois premières causes de mortalité[31]. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié en juin 2009 le premier rapport mondial sur la sécurité routière de 178 pays qui conclut que les accidents de la route font chaque année 1,2 million de morts et 20 à 50 millions de traumatismes non mortels. Plus de 90 % des accidents ont lieu dans des pays à revenus faibles ou intermédiaires, qui comptent moins de la moitié du parc automobile mondial[32].

Sécurité active[modifier | modifier le code]

Système ABS de Ford couplé à un radar de régulation de distance.

Les évolutions des suspensions, des pneumatiques et l'apport de systèmes électroniques de contrôle de stabilité et d'autres aides à la conduite ont permis des progrès intéressants en matière de tenue de route des automobiles, favorisant la sécurité routière. Les automobiles dont la tenue de route est considérée comme dangereuse par les journalistes automobiles sont devenues rarissimes, alors que leur fréquence dans les années 1960 était plus significative.

Les améliorations récentes en matière de sécurité portent sur la réduction des accidents et de leurs impacts. En effet, les avancées de l'électronique et les efforts des constructeurs et équipementiers ont donné le jour à des équipements sophistiqués qui se généralisent en Europe et au Japon sur tous les véhicules. Les plus anciens d'entre eux sont l'ABS et l'ESC, permettant d'éviter le blocage des roues lors d'un freinage important du véhicule et de conserver le contrôle de trajectoire[33]. Plus récemment, les constructeurs automobiles tentent de s'attaquer au problème primordial du comportement du conducteur, en intégrant des systèmes actifs destinés à pallier les défaillances de celui-ci, soit en le sollicitant directement (systèmes détectant le niveau de vigilance du conducteur), soit en le remplaçant (par exemple via des systèmes d'évitement de collision ou de freinage automatique d'urgence pouvant freiner sans l'intervention du conducteur).

À partir de 2021, l'entrée en vigueur d'un règlement international sur les systèmes automatisés de maintien dans la voie crée des conditions légales du développement de véhicules conditionnellement autonomes. En mars, Honda annonce commercialiser en leasing au Japon 100 de ces véhicules sous la marque Honda Legend. D'autres véhicules pourraient notamment être introduits en 2021 au Japon, en Corée du Sud, en Allemagne ou au Royaume-Uni, selon des annonces de constructeurs et de gouvernements.

Sécurité passive[modifier | modifier le code]

Essai de choc par l'US NCAP d'une automobile General Motors.

Les systèmes de sécurité actifs ou passifs précédemment décrits contribuent à produire des voitures plus sûres. L'efficacité de ces systèmes est testée et mesurée lors d'essais de choc (ou crash tests) à des vitesses standardisées par des organismes internationaux comme l'Euro NCAP en Europe. Une voiture sûre pour ses passagers constitue désormais un argument de vente pour les constructeurs automobiles qui font de gros efforts sur la question.

De véritables progrès ont été faits depuis quelques années, notamment en ce qui concerne les « airbags » (coussins gonflables de sécurité) ou les ceintures à prétensionneurs évitant un choc violent du conducteur sur le volant. Sur les cabriolets, des arceaux situés derrière les sièges remontent très rapidement lorsque le calculateur estime qu'il y a un risque de retournement. Les constructeurs automobiles travaillent également sur des systèmes encore plus performants. Un important progrès dans ce domaine réside dans le fait que le nombre de coussins gonflables est passé de deux à huit en quelques années. Désormais plus aucune voiture n'est mise sur le marché en Europe sans en être équipée.

Si les passagers sont de mieux en mieux protégés, ce n'était en revanche pas forcément le cas des piétons. Les nouvelles normes de sécurité prennent en compte les dommages portés à ceux-ci lors d'un choc frontal. Ces changements ont amené les constructeurs à développer des capots et des boucliers avant capables d'absorber une partie de l'énergie du choc afin de limiter les dégâts infligés aux piétons. Certains véhicules sont ainsi équipés de déclencheurs pyrotechniques qui soulèvent de quelques centimètres le capot lors d'un accident, pouvant éviter ou limiter le choc d'un piéton avec le bloc moteur.

Dispositifs post-accident[modifier | modifier le code]

Certains équipements de sécurité ne sont utilisés qu'une fois l'accident survenu. C'est le cas de l'eCall ou de l'enregistreur de données d'accident.

Catégories spécifiques[modifier | modifier le code]

Les pare-buffles sont fortement critiqués pour leur impact sur les piétons en cas d'accident.

Le rapport entre l'automobile et la sécurité routière ne consiste pas seulement à évaluer la sécurité du véhicule lui-même, mais aussi à étudier l'interaction entre les véhicules et leur environnement. De ce point de vue, les 4x4, SUV, camionnettes et monospaces sont fréquemment critiqués en raison de l'obstruction du champ visuel des autres conducteurs qu'ils causent. Mais c'est surtout leur dangerosité en cas de collision avec une automobile légère ou un usager vulnérable qui leur est reprochée.

Lors d'une collision entre deux véhicules, ceux-ci doivent dissiper la totalité de leur énergie cinétique, sous forme d'énergie mécanique (déformation des véhicules) ou cinétique (rebond possible d'un des véhicules). L'énergie cinétique étant proportionnelle à la masse, ces véhicules lourds provoquent des dégâts bien supérieurs à ceux d'un véhicule plus léger à vitesse égale. La dangerosité de ce type de véhicule pour les usagers vulnérables, en particulier les piétons, est liée à deux aspects : d'une part leur comportement routier inférieur (capacité d'évitement inférieure, distances de freinage plus longues) augmente le risque de collision avec un piéton dans les zones urbaines où la vitesse est inférieure à 60 km/h, et d'autre part la conception de ces véhicules est plus dangereuse pour les piétons lors d'accidents dans des zones où la vitesse est inférieure à 60 km/h[34].

Ce problème avéré de conception est mis en évidence par les tests Euro NCAP de choc avec un piéton, et parfois accentué par un accessoire à l'utilité discutable, le pare-buffle. Les propriétaires de ces voitures sont donc considérés par certains comme mettant en danger la vie d'autrui, et faisant le choix de leur sécurité propre au détriment de la sécurité des autres usagers de la route, idée contredite par certaines statistiques d'accidents[35]. À l'opposé, les défenseurs de ce genre de véhicule font valoir qu'une moyenne de comportement ne condamne pas l'ensemble des conducteurs. On ne peut juger un individu coupable par défaut, surtout de rouler dans un véhicule homologué. S'il y a une insuffisance, elle serait alors à chercher dans les objectifs que se fixent les administrations dont le rôle est d'assurer la sécurité de la population[réf. nécessaire].

Compétitions automobiles[modifier | modifier le code]

Départ de la première édition des 24 Heures du Mans (1923).

La première course automobile est créée en 1894, reliant Paris à Rouen (distance de 130 km)[36]. Ces compétitions se multiplient et l'on voit émerger divers types d'épreuves mettant en œuvre des véhicules très différents.

Certaines de ces compétitions voient s'affronter des modèles standards commercialisés à grande échelle, mais plus ou moins lourdement modifiés, par exemple les rallyes ou le supertourisme, alors que d'autres mettent en scène des véhicules spécialement conçus pour la course, comme la Formule 1, ou les Sport-prototypes qui participent aux 24 Heures du Mans. Le succès dans ces sports dépend tout autant du véhicule et de l'équipe qui le prépare que du pilote. Certaines catégories couronnent d'ailleurs à la fois le meilleur pilote et le meilleur constructeur ou la meilleure écurie.

La compétition automobile peut être extrêmement physique (accélération centrifuge en courbe, en phases d'accélération et aux freinages), en F1, il n'est pas rare de dépasser les 4 g. Un pilote peut perdre jusqu'à cinq kilos lors d'un Grand Prix ou d'une course d'endurance (déshydratation).

Les confrontations entre constructeurs ou contre la montre sont aussi les deux moyens permettant l'innovation et le développement technologique. C'est notamment pour tester la fiabilité des moteurs thermiques qu'ont été créés les premiers rallyes au début du XXe siècle. C'est dans cette même optique qu'en 2014 est lancé un championnat de formule électrique ou que sont construits des démonstrateurs de technologies tels que la Venturi VBB 2.5 véhicule le plus rapide du monde, flashé à 495 km/h[37] par la Fédération internationale de l'automobile (FIA) en 2010.

L'organisation du sport automobile est chapeautée par la Fédération internationale de l'automobile, qui collabore avec des fédérations sportives nationales, dont la Fédération française du sport automobile, qui compte 70 000 licenciés. Il existe une variété de compétitions amateur et professionnelles, du karting aux formules monoplaces, ou du slalom au rallye, en passant par la course de côte, ainsi que des filières permettant la progression compétitive des jeunes pilotes.

Pratique[modifier | modifier le code]

Entretien, réparation, accessoires[modifier | modifier le code]

L'entretien et la réparation des automobiles occupe une part importante dans le nombre d'emplois, mais surtout dans le nombre d'entreprises, liées à la filière de l'automobile. Ce sont l'ensemble des concessionnaires, garages, réseaux de vente de pièces détachées et d'accessoires (centres auto ou démolisseurs), pour la plupart des PME. C'est aussi, sur la durée de vie d'un véhicule, un coût financier non négligeable. Enfin, lorsqu'une réparation n'est plus possible ou souhaitée, on trouve dans cette filière les professionnels du recyclage des véhicules en fin de vie. Les réseaux d'entretien et de ventes d'accessoires sont aussi associés au phénomène du tuning, qui a eu pour effet de donner naissance à des rassemblements durant lesquels les voitures concourent pour leur technique ou leur aspect esthétique.

Contrôle technique[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la sécurité routière, de nombreux pays ont estimé nécessaire d'introduire un contrôle technique des véhicules automobiles, afin d'améliorer l'état du parc roulant et à en faire sortir les véhicules dangereux ou trop polluants. Un premier contrôle est effectué après 3 ou 4 ans, puis tous les ans ou tous les 2 ans selon les pays. Le coût du contrôle est très variable ; au Japon par exemple, son coût d'au minimum 70 000 ¥, soit 600 €, incite les usagers à se débarrasser de leur véhicule avant l'échéance[38].

Apprentissage de la conduite[modifier | modifier le code]

Voiture d'auto-école en Australie.

Dès ses débuts, l'automobile a posé un problème de cohabitation avec les autres usagers des rues et des routes. Aussi dès la fin du XIXe siècle, les responsables de la sécurité ont commencé à réglementer son usage[39], d'abord par des permis de conduire, puis par le Code de la route, apparu en France en 1921[40]. Aujourd'hui, un permis de conduire est requis dans pratiquement tous les pays du monde, mais son obtention, et l'apprentissage de la conduite en général peuvent prendre des formes très différentes. Un âge minimal est requis, souvent celui de la majorité, donc compris entre 16 et 21 ans, pour conduire seul une automobile. L'apprentissage est généralement effectué dans une auto-école, mais il reste, en France, légalement possible d'apprendre la conduite sans passer par ce type d'organismes. En France un nouveau permis de conduire sera délivré à partir de lundi 16 septembre 2013[41], ce nouveau permis doté d’une carte à puce électronique et d’une bande MRZ est ultra-sécurisé et quasiment infalsifiable. Les statistiques de la sécurité routière ayant montré la prépondérance des jeunes conducteurs parmi les accidentés de la route, des mesures spécifiques pour les premières années après l'obtention du permis sont prises dans beaucoup de pays : identification visible des jeunes conducteurs (A en France, L en Allemagne, Suisse, Royaume-Unietc.), limitations de vitesses abaissées pour eux, ou encore limitation du rapport poids-puissance des véhicules (cas de l'Italie).

Formation aux métiers de l'automobile[modifier | modifier le code]

En raison de son importance économique, le secteur de l'automobile, comprenant aussi bien la production que l'entretien, est un très gros employeur. Le seul secteur de la conception et de la production emploie environ 1,9 million de personnes en l'Europe des quinze, et 1,1 million aux États-Unis, soit jusqu'à plus de 10 % de la population active dans le cas de l'Allemagne[42].

En 2012, l'industrie automobile en France emploie directement 583 000 personnes (matières premières, construction, équipements) et 2,351 millions au sens large, ce qui comprend les emplois dans l'industrie, dans l'usage de l'automobile (vente, maintenance, assurances, auto-écoles, presse, vente de carburants, etc.) et les transports (transport routier de marchandises et de voyageurs, construction et entretien des routes, etc.), soit environ 9 % de la population active[43].

Cette importance économique nécessite une filière de formation adaptée. En France, celle-ci part du CAP pour aller jusqu'aux écoles d'ingénieurs généralistes telles que l'École nationale supérieure d'arts et métiers, ou spécialisées comme l'ESTACA, l'École nationale supérieure du pétrole et des moteurs ou l'ISAT, en passant par des BEP, baccalauréats professionnels et des BTS dont celui de d'après-vente automobile.

Médias et événements[modifier | modifier le code]

Principaux salons automobiles[modifier | modifier le code]

Reflets d'un secteur économique, les salons sont pour ses entreprises l'occasion de rivaliser en grandeur, innovations, etc. Dans le cas de l'automobile, cela se traduit entre autres par la production de concept cars. Les principaux salons sont[44] :

Presse[modifier | modifier le code]

En France paraissent de nombreux magazines automobiles, destinés aussi bien aux professionnels qu'au grand public. Une partie des journalistes spécialisés sont regroupés au sein de l'association française de la presse automobile (AFPA). Les magazines automobiles francophones généralistes hors de France sont beaucoup plus rares. Ce secteur se distingue outre ses journaux d'actualité, par un grand nombre de magazines consacrés aux véhicules de collection en général, ou bien à un type de véhicule précis (spécialité du groupe Michel Hommell), et enfin quelques magazines de tuning. Les plus lus sont Auto Moto, L'Automobile Magazine et Auto Plus[45].

Parmi les principaux magazines d'actualité, on trouve :

Et parmi les magazines spécialisés :

Parmi les principaux sites internet, on trouve :

Automobile dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Littérature, cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

L'automobile a eu une place centrale dans de nombreux romans ou nouvelles et de nombreux films (notamment américains).

Environnement[modifier | modifier le code]

À Shanghai, le smog est presque quotidien, la voiture en est une des causes.
Embouteillage automobile, source de pollution et de gaz à effet de serre.

La généralisation de l'automobile à l'échelle planétaire depuis la fin du siècle dernier pose des problèmes quant au réchauffement climatique, à la pollution, à la sécurité et à la santé des personnes, en particulier des plus faibles (piétons, cyclistes, enfants, personnes âgées, etc.), et à l'utilisation des ressources naturelles, en particulier à l'épuisement des réserves de pétrole.

L'impact sur l'environnement s'accroît avec l'augmentation du poids de l'automobile. En effet, un véhicule plus lourd a un besoin en énergie plus important. L'aérodynamisme du véhicule devient prépondérant lorsque la vitesse augmente, les véhicules à surface frontale élevée sont alors défavorisés.

La recherche d'améliorations sur les moteurs est guidée par deux objectifs contradictoires : les pouvoirs publics imposent des normes environnementales de plus en plus sévères, qui vont à l'encontre de la diminution de la consommation. Par exemple, les obstacles à l'échappement (pot catalytique, filtre à particules) entraînent une augmentation de la consommation.

Réduction des émissions de gaz à effet de serre[modifier | modifier le code]

Depuis la prise de conscience publique de l'impact environnemental des automobiles (ainsi, en France « les véhicules des particuliers représentent à eux seuls 15 % des émissions de gaz à effet de serre »[46]), le niveau de compromis est passé progressivement d'une forte volonté de réduire les polluants locaux, sources directes de maladies et de décès, durant les années 1970 à 1990, à une réglementation axée aujourd'hui vers une diminution des émissions de CO2. L'aspect des polluants locaux est traité à l'échelle européenne par les normes successives d'émissions (normes dites « Euro » 1 à 6) ; en complément l'aspect des émissions de CO2 est, de plus, traité par l'intermédiaire d’objectifs globaux des constructeurs, ou via des législations fiscales nationales, favorisant les automobiles produisant peu de CO2 par km parcouru comme les véhicules électriques[47],[48].

Fabrication, maintenance, recyclage[modifier | modifier le code]

Au cours de sa fabrication, de sa maintenance et de son recyclage, l'automobile, comme de nombreux autres produits manufacturés, génère de la pollution, contribue à la raréfaction des ressources non renouvelables et consomme de l'énergie, dite énergie grise.

Autour de l'automobile, il faut prendre en compte l'infrastructure et la logistique nécessaire pour la fabrication, le transport, la maintenance, la réparation, le recyclage, la publicité ou l'organisation de salons automobiles ou dans un autre registre, pour soigner les blessés lors des accidents ou pour le contrôle policier des automobilistes lors de leurs déplacements. Cela comprend notamment, la fabrication et l'entretien d'usines, de garages, de stations-service, de stations de lavage, d'ateliers de réparation automobiles, de machines, d'outils, de pièces de rechange, de produits d'entretien ou de nettoyage, et du transport pour acheminer ces différents éléments du lieu d'extraction des matières premières tout au long de la chaîne de valeur jusqu'au lieu de vente du produit fini. La production de ces différents produits et services nécessite à son tour d'autres consommations intermédiaires.

Pollution de l'air[modifier | modifier le code]

L'impact environnemental le plus connu est la pollution atmosphérique due aux gaz d'échappements, qui peut aggraver les maladies respiratoires[49]. Selon l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (AFSSET), la pollution atmosphérique aux particules fines, liée pour près d'un tiers aux rejets polluants des voitures[50], serait responsable en 2002 du décès prématuré de 6 500 à 9 500 personnes en France[51] ; afin de réduire ces émissions et se conformer à la législation européenne, la France impose un filtre à particules pour tous les nouveaux véhicules diesel depuis 2011[52].

Par ailleurs, une étude européenne de 2005, basée sur des statistiques de 2000, estime que les particules fines, émises pour au moins 50 % par les véhicules diesel ont causé 42 090 décès prématurés par an en France, 348 000 en Europe. Si, en France, les émissions de particules fines ont baissé de 350 à 250 kt entre 2000 et 2010, les concentrations mesurées en région parisienne, sont elles restées constantes, du fait notamment d’une modification du mode de calcul en 2007 « qui a entraîné une hausse des valeurs moyennes annuelles de l'ordre de 30 %. Il faudra encore attendre quelques années de mesures avant de pouvoir tirer de véritables conclusions sur l'évolution des concentrations en particules ». En France, « les émissions de particules fines proviennent à 21 % de l'agriculture, derrière le chauffage domestique (34 %), l'industrie (31 %) mais devant les transports (14 %). Une partie des particules est aussi importée de l'étranger »[53],[54].[réf. incomplète].

Les rejets des pots d'échappement des automobiles à moteur thermique sont soumis à réglementations dans différents pays, par exemple les normes européennes d'émissions pour l'Union européenne. Ces normes sont attachées à des cycles de conduite normalisés, comme le WLTP ou ses homologues américains censés représenter un comportement routier typique. [réf. souhaitée].

Pour un modèle donné, une voiture à essence consomme un plus grand volume de carburant qu'une autre fonctionnant au Diesel car l'essence a une énergie volumique plus faible que le gazole et, de plus, le rendement thermodynamique d'un moteur essence est légèrement inférieur[réf. à confirmer][55]. Selon Protégez-vous, la quasi-totalité des conducteurs observent des consommations supérieures à celles mesurées selon les normes dans des cycles de conduite fixés, qui sont pourtant celles utilisées réglementairement et commercialement[réf. à confirmer][56].

Autres impacts environnementaux[modifier | modifier le code]

Une Terraplane 1937 abandonnée dans le désert du Namib.

L'automobile a d'autres effets négatifs, directs ou indirects, sur l'environnement :

  • la consommation d'espaces forestiers, agricoles, naturels ou urbains pour la construction des infrastructures routières, ainsi en 2014, « près de 3% du territoire français est occupé par les infrastructures de transport »[57] ;
  • la destruction des habitats par les opérations de terrassement, d'extraction de matériaux (bitume) ;
  • la mortalité animale, la fragmentation écologique des habitats naturels ;
  • la contribution au phénomène d'îlot de chaleur urbain, par les surfaces bitumées et la chaleur des moteurs ; le microclimat des villes peut ainsi atteindre +4 °C à +8 °C par rapport à leur périphérie[source détournée][58],[59] ;
  • selon un rapport de l’agence européenne pour l'environnement de 2020, « le trafic routier est la première source de pollution sonore en Europe »[60] ;
  • la pollution lumineuse, induite par l'éclairage des routes et celui des véhicules ;
  • l'érosion des routes, qui se traduit par l'empoussièrement de l'environnement proche et une augmentation de la turbidité des eaux de ruissellement[source détournée][61] ;
  • la libération de produits toxiques dans l'environnement lors des abandons de véhicules (fuites d'huile moteur, problème des batteries en particulier), ou lors d'incendies ;
  • le non-recyclage de certains éléments des véhicules (dont la part non recyclable des pneumatiques).
  • les abandons d’épaves ou « VHU » (véhicules hors d’usage, au sens de la directive 2000/53/CE) par leur propriétaire [62].

Controverses[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Exemple de fragmentation paysagère par un nœud autoroutier aux États-Unis.

Les transports routiers requièrent d'importants investissements d'infrastructures routières[63],[64] et de fonctionnement. Elles fragmentent les paysages et les forêts[65], dénaturent le territoire[66] et endommagent les écosystèmes et la santé[67].

L'automobile génère ainsi en amont et en aval de son usage des coûts cachés (externalités, environnementales notamment)[68] estimés par la chaire pour l’écologie du transport de l'université technique de Dresde en 2012 à 373 milliards d'euros par an pour l'Europe des Vingt-Sept, pour les coûts évaluables[69]. Chaque voiture immatriculée génère ainsi en moyenne 1 600 € de coûts sociaux et environnementaux impayés, soit au total environ 3 % du PIB européen[70]. La plupart des scénarios de prospective envisagent une augmentation des transports à horizon 2050, éventuellement au profit d'alternatives (dont « décarbonées »[71]) à la voiture dans les zones urbaines et périurbaines, selon les choix individuels et collectifs qui seront faits[72].

Une dominance de l'automobile dans les moyens de mobilité renforce certaines inégalités sociales : les personnes pauvres, vulnérables, handicapées (handicap physique, sensoriel ou cognitif), ostracisées, etc. y ont moins accès (ou doivent l'utiliser moins et sur de plus courtes distances) et peuvent donc moins bénéficier de certains services[73],[74],[75],[76], ou sont contraintes de trouver des moyens alternatifs d'y accéder[77]. Par exemple, en Chine, notamment en zone rurale éloignée[78], ou aux États-Unis, avoir une voiture est très lié au revenu : 27 % des ménages urbains pauvres n'y ont pas de voiture, contre seulement 2 % des ménages riches (il s'agit alors généralement d'un choix de type carfree), inégalités qui concernent aussi le modèle et l'âge de la voiture[79], ou encore l'entretien et les réparations[80]. Dans le même temps, des enquêtes de santé publique montrent qu'en zone urbaine et périurbaine les pauvres sont souvent plus directement exposés à la pollution automobile : pollution de l'air et pics de pollution plus fréquents ou intense dans les quartiers urbains ou périurbains pauvres[réf. nécessaire], pollution sonore et manque de murs anti-bruit[81] ; risque accru d'accidents ; détours imposés aux piétons et aux cyclistes, voire relégation urbaine, comme étudiée en France en 2011, où les personnes jeunes, pauvres et immigrées évitent le train de banlieue[82]) ; s'ajoutent le coût du permis de conduire, lourd pour les plus pauvres, les immigrés, réfugiés, etc.[83][réf. incomplète].

En Suisse, la circulation automobile fut interdite dans le canton des Grisons de 1900 à 1925. Dix votations ont été organisées pour obtenir son autorisation, mais l'automobile s'est heurtée à chaque fois, sauf la dernière, au refus de la population[84]. Au début des années 1920, elle était interdite le dimanche après-midi dans de nombreux cantons suisses[85].

Défense[modifier | modifier le code]

Depuis 1990, les émissions provenant du transport routier ont considérablement diminué et continuent à décroitre au sein des 33 pays couverts par l'Agence européenne pour l'environnement (Union européenne, Islande, Liechtenstein, Norvège, Royaume-Uni, Suisse et Turquie). Leurs réductions représentent la majorité des réductions globales du secteur des transports. Les émissions de monoxyde de carbone (CO) provenant du transport routier ont ainsi baissé de 88 %, les émissions de composés organiques volatils non-méthane (COVNM) de 89 %, les émissions d'oxydes d'azote (NOx) de 60 % et les émissions d'oxydes de soufre (SOx) de 99 %[86].

En Europe, l'automobile répond à des normes d'émission de plus en plus strictes. Selon l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA), les polluants à l'échappement provenant du transport routier ne représentent plus qu'une fraction de ce qu'ils étaient il y a vingt ans grâce aux améliorations de l'efficacité des moteurs et des systèmes de post-traitement des gaz d'échappement[87]. Par exemple, selon l'ACEA, les émissions de particules en suspension (PM) des camions actuellement les plus performants sont 95 % inférieures à celles des camions du début des années 1990, tandis que les rejets d'oxydes d'azote (NOx) sont 86 % inférieurs.

En réponse aux effets environnementaux de l'automobile, des solutions de covoiturage et d'autopartage se sont développées.

Face à ces critiques et à l'hostilité d'une partie de la population, des associations de défense de l'automobile et des automobilistes sont nées, qu'elles soient historiques ou récentes. Les plus importantes historiquement sont les Automobile Club, nés dès avant 1900[85], dont l'Automobile Club de l'Ouest, l'Automobile Club Association, ou l'ADAC allemand, qui, avec 20 millions de membres, est sans doute le plus important à l'échelle mondiale. Leur action porte sur la défense politique, la promotion de compétitions automobiles et l'assistance routière, tout particulièrement pour l'ADAC ou le Touring Club Suisse. Plus récemment, en France, des associations plus revendicatives sont apparues, comme 40 millions d'automobilistes (créée en 2005) et la Ligue de défense des conducteurs (2006)[88].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme qualifie tout engin apte à se mouvoir seul, voir Définitions lexicographiques et étymologiques de « automobile » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « automobile » (sens II) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques de « voiture » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  3. « Les SUV écrasent de plus en plus les autres voitures », Auto Plus, .
  4. Définitions lexicographiques et étymologiques de « automobile » (sens IA) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  5. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques de « Automobile » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  6. « Gil Blas / dir. A. Dumont », sur Gallica, (consulté le 3 juin 2020).
  7. « Une ou un automobile », L'Abeille de la Nouvelle-Orléans,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 11 novembre 2009).
  8. Code de la route, Article R311-1.
  9. Directive 70/156/CEE du Conseil, 6 février 1970.
  10. (en) « Cajun French at LSU — What is Cajun French? », sur Université d'État de Louisiane (consulté le 2 mai 2019).
  11. Michel Massian, Et si l'on écrivait correctement le français ?, Hachette, 1985, cité dans Anthony Lodge, Le faible rôle de l’État dans l’évolution de la langue française (Acte de conférence), Nancy, coll. « XXVIIe Congrès international de linguistique et de philologie romanes », 15-20 juillet 2013 (lire en ligne [PDF]), p. 198.
  12. Le fardier de Cugnot descriptif détaillé sur le site de la Société des Ingénieurs de l'Automobile (SIA).
  13. (en) « Parliamentary Intelligence. House Of Commons », The Times,‎
  14. Mauro Caniggia Nicolotti et Luca Poggianti, Manzetti. L'inventore del telefono, Aoste, La Vallée, , p. 65-77.
  15. Feuille d'Aoste, 8 septembre 1869 ; La Dora Baltea, 14 juillet 1870.
  16. « Bollée, Amédée, à toute vapeur », sur Gazoline.
  17. « Histoire de la voiture électrique » (consulté le 20 janvier 2020).
  18. (en) Histoire des transmissions automobiles.
  19. Jean-Claude Daumas, La révolution matérielle: Une histoire de la consommation, France XIXe-XXIe siècles, Éd. Flammarion, Paris, 2018, page 417.
  20. Adrien Perrot, Aux États-Unis, les jeunes préfèrent surfer (sur internet) que rouler, Acteurs & marché, News, 3 juin 2013.
  21. a et b Tony Dutzik, (2013, A New Direction Our Changing Relationship with Driving and the Implications for America’s Future ; étude de l'U.S. PIRG Education Fund Frontier Group, PDF, 69 p.
  22. Daniel Puiboube, Un Siècle d'automobiles en France, Sélection du Reader's Digest, (ISBN 978-2-7098-1161-3), p. 97.
  23. « 5 raisons qui expliquent la baisse des ventes », Le Parisien, (consulté le 25 août 2016).
  24. Alexandre Rigal et Jade Rudler (2015) Vidéo de la conférence « suivre les acteurs vers un monde sans voiture », sur bm-lyon.fr du 7 avril 2015 [vidéo].
  25. Bahrami Farzaneh, Skjonsberg Matthew, Repenser l'espace urbain dans un monde sans voitures (vidéo de la conférence du 29 avril 2015] [vidéo].
  26. « Histoire de l’automobile », lesvoitures.fr (consulté le 27 mars 2021).
  27. Boom automobile mondial : qui sont les gagnants et les perdants ?, Challenges, 25 février 2014.
  28. Rapport global sur le crédit des sociétés spécialisées en France, 1991-2001 [PDF], Le Cadran de COFIDIS, no 16, mars 2003, p. 4 (voir archive).
  29. Gérard Bordes, Encyclopédie de A à Z, Paris, Atlas, , volume 2, p. 578.
  30. Chronologie de la sécurité routière en France.
  31. (en) S. Ameratunga, M. Hijar et R. Norton, « Road traffic injuries: confronting disparities to address a global health problem », The Lancet, no 367,‎ .
  32. Rapport de situation sur la sécurité routière dans le monde : il est temps d’agir - Rapport de l'OMS, juin 2009 [PDF] (et son résumé d'orientation [PDF].
  33. (en) « How Anti-Lock Brakes Work? », sur How stuff works? (consulté le 4 novembre 2009).
  34. (en) M. F. Ballesteros, P. C. Dischinger et P. Langenberg, « Pedestrian injuries and vehicle type in Maryland, 1995-1999 », Accident Analysis & Prevention, no 36,‎ .
  35. (en) T. P. Wenzel et M. Ross, « The effects of vehicle model and driver behavior on risk », Accident Analysis & Prevention, no 37,‎ .
  36. « Histoire des courses automobiles », sur www.histoire-pour-tous.fr (consulté le 10 mars 2019).
  37. Liste officielle des records de vitesse homologués par la FIA en catégorie A | Site de la Fédération Internationale de l'Automobile (FIA).
  38. (en) « Automobiles », sur JETset Japan Infozone.
  39. « Le permis de conduire fête son 110e anniversaire », Auto Plus, .
  40. « Création du code de la route », sur auto-facile.com], .
  41. Nouveau permis de conduire en France.
  42. (en) Oliver Heneric, Georg Licht et Wolfgang Sofka, Europe's automotive industry on the move : competitiveness in a changing world, Heidelberg, Springer, coll. « ZEW Economic Studies », , 275 p. (ISBN 978-3-7908-1590-0, présentation en ligne), p. 8-9.
  43. Planète Automobile : la filière automobile en faits et en chiffres.
  44. (en) « Geneva Motor Show 2009 », sur World Car Fans.
  45. « L’audience de la presse magazine titre par titre : Cumul de juillet 2008 à juin 2009 » (version du 23 septembre 2015 sur l'Internet Archive), Audipresse, .
  46. « Prix du carburant : un débat pollué par des intox », sur Les Décodeurs, Le Monde, .
  47. « Malus CO2 et taxe sur le poids : Les barèmes officiels 2021, 2022 et 2023 », L'Automobile Magazine, .
  48. « Objectifs de CO2 : vers des voitures électriques obligatoires en 2030 ? », Challenges, .
  49. Charles Raux, Les permis négociables dans le secteur des transports, France, Transports Recherche Innovation, coll. « Le Point sur », , 98 p. (ISBN 978-2-11-006441-7, présentation en ligne).
  50. (en) « Annual European Community LRTAP Convention emission inventory report 1990–2006 », Rapport technique no 7 [PDF], sur Agence européenne pour l'environnement, (présentation en ligne, consulté le 5 mai 2019).
    Le transport routier est responsable de plus d'un tiers des émissions de NOX et CO. La participation des transports routiers à la pollution atmosphérique dépend fortement de la pollution dont on parle. Néanmoins, la prépondérance du transport routier à la pollution atmosphérique est soulignée par le rapport (p. 6) :

    « Sources that were identified as being common key categories for six of the seven main pollutants were Road transportation, Manufacturing industries and construction, National navigation (shipping) Agriculture/forestry/fishing and Residential. The importance of the Road transportation category in terms of the contribution it makes to total EU‑27 emissions is clear — it is the most significant source of NOX, CO, and NMVOCs, and the second most important source for PM10 and PM2.5 emissions. »

  51. Annual European Community LRTAP Convention emission inventory report 1990–2006 [PDF], tableaux 7 et 8 en page 45, intitulés : « Nombre de décès attribuables aux particules fines en 2002, dans la population urbaine de plus de 30 ans, par cause de mortalité, et pourcentage attribuable par rapport au nombre total de décès en 1999. ». Rapport Impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine, AFSSET, mai 2004, deux parties (lire en ligne).
    Le rapport souligne, via l’article de 2003 de Philippe Hubert Pour un meilleur usage du risque attribuable en santé environnementale, « que de nombreuses incompréhensions proviennent d’une méconnaissance des notions de « décès attribuables » ou « fractions attribuables », dont la simplicité n’est qu’apparente. ». Un même décès peut être attribuable à plusieurs causes. C'est pourquoi le rapport de juin 2005 de l'AFSSET indique que « l'utilisation d’un autre indicateur de l’impact des particules, exprimé sous la forme de la perte d’espérance de vie, est une approche recommandée au niveau européen dans le cadre des projets en appui au programme CAFE (Clean Air for Europe). »
  52. « Le filtre à particules des véhicules à moteur diesel », sur ornikar (consulté le 2 avril 2021).
  53. « Les particules fines causent-elles vraiment 42 000 morts par an en France ? », Le Monde, (consulté le 22 février 2014).
  54. (en) CAFE CBA: Baseline analysis 2000 to 2020 [PDF], Commission européenne, avril 2005 (consulté le 16 juin 2018).
  55. « Pourquoi un moteur Diesel consomme moins qu’un moteur essence ? », blogautomobile.fr, .
  56. « Cote de consommation d'essence du véhicule: pourquoi est-elle si élevée ? », protegez-vous.ca, .
  57. Près de 3 % du territoire français est occupé par les infrastructures de transport, actu-environnement, 11 août 2014.
  58. « Microclimat urbain : pourquoi fait-il si chaud dans les villes ? », Midi libre, (consulté le 10 mars 2019).

    « [En] ville, les surfaces largement imperméables emmagasinent l'énergie solaire. Et pendant la nuit, ces bâtiments, routes en bitume et trottoirs relâchent dans l'air la chaleur accumulée. »

  59. Florent Renard et Lucille Alsonso, « La lutte contre les îlots de chaleur urbains est loin d’être gagnée », Le Monde, (consulté le 30 mars 2021).
  60. « Augmentation attendue du nombre d’Européens exposés aux nuisances sonores », sur Agence européenne pour l'environnement, .
  61. « La qualité de l'eau et l'assainissement en France (rapport) », Sénat (consulté le 10 mars 2019).
  62. véhicules hors d’usage, ecologie.gouv, 18 mars 2021
  63. Christian Brossier et André Leuxe, Ministère de l'Équipement, « Imputation des charges d'infrastructures routières pour l'année 1997 », Rapport Brossier, 1999.
  64. « Couverture des coûts des infrastructures routières : Analyse par réseaux et par sections types du réseau routier national » [PDF], sur Commission nationale du débat public, .
  65. Lauriane Rialhe, « La fragmentation des espaces naturels devient alarmante en Europe », sur actu-environnement.com, (consulté le 28 mars 2021)
    citant (en) Landscape fragmentation in Europe, Agence européenne pour l'environnement, , 92 p. (ISBN 978-92-9213-215-6, lire en ligne).
  66. « Trames vertes et bleues : des directives nationales d'ici à la fin de l'année », sur Actu-Environnement, (consulté le 29 mars 2021) : « La construction de routes, d'habitations et de zones d'activités engloutissent chaque jour 165 hectares de milieux naturels et terrains agricoles en France métropolitaine et en outre-mer. ».
  67. (en) Haug H., Sostrand P., Lovik M. and Langard S. (2001). « Correspondence - Public health and air pollution », The Lancet, numéro 357, p. 70-71.
  68. (en) Nikolas Hill, Charlotte Brannigan et al., « EU Transport GHG: Routes to 2050 II » [PDF], sur eutransportghg2050.eu, .
  69. Technische Universität Dresden, Département des sciences des transports « Friedrich List », Institut de la planification des transports et du trafic routier, The true costs of automobility Study about the external costs of car use in EU-27, Dresde, et version française du rapport.
  70. Les coûts cachés de l'automobile estimés à 373 milliards d'euros par an, Actu-Environnement.
  71. (en) Nikolas Hill, Charlotte Brannigan (AEA); Richard Smokers (TNO); Arno Schroten, Huib van Essen (CE Delft) et Ian Skinner (TEPR), Developing a better understanding of the secondary impacts and key sensitivities for the decarbonisation of the EU's transport sector by 2050 [PDF], Rapport final, 22 juillet 2012.
  72. (en) Hill, N. & Morris, M., 2012. EU Transport GHG: Routes to 2050 II. Further development of the SULTAN tool and scenarios for EU transport sector GHG reduction pathways to 2050, s.l.: s.n.
  73. (en) J. Pucher et J. Renne, « Socioeconomics of urban travel: evidence from the 2001 NHTS », Transportation Quarterly, vol. 57, no 3,‎ , p. 49-77.
  74. (en) Tanu Priya et André Uteng, « Dynamics of transport and social exclusion: Effects of expensive driver's license », Transport Policy, vol. 16, no 3,‎ , p. 130–139 (DOI 10.1016/j.tranpol.2009.02.005, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2020).
  75. (en) J. Dargay et M. Hanly, « Volatility of car ownership, commuting mode and time in the UK », Transportation Research Part a-Policy and Practice, vol. 41, no 10,‎ , p. 934-948.
  76. (en) G. Giuliano et J. Dargay, « Car ownership, travel and land use: a comparison of the US and Great Britain », Transportation Research Part A: Policy and Practice, vol. 40, no 2,‎ , p. 106-124.
  77. (en) Yves Jouffe, David Caubel, Sylvie Fol et Benjamin Motte-Baumvol, « Dealing with inequality in mobility: Tactics, strategies and projects for poor households on the outskirts of Paris », Cybergeo,‎ (ISSN 1278-3366, DOI 10.4000/cybergeo.33479, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2020).
  78. (en) Pengjun Zhao et Yu Bai, « The gap between and determinants of growth in car ownership in urban and rural areas of China: A longitudinal data case study », Journal of Transport Geography, vol. 79,‎ , p. 102487 (DOI 10.1016/j.jtrangeo.2019.102487, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2020).
  79. (en) Chandra R. Bhat, Sudeshna Sen et Naveen Eluru, « The impact of demographics, built environment attributes, vehicle characteristics, and gasoline prices on household vehicle holdings and use », Transportation Research Part B: Methodological, vol. 43, no 1,‎ , p. 1–18 (DOI 10.1016/j.trb.2008.06.009, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2020).
  80. L. Hivert, Le parc automobile des ménages, étude en fin d'année 1999 à partir de la source « Parc Auto » SOFRES, Arcueil, Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité, rapport, 2001.
  81. Stéphanie Potvin, La distribution spatiale des écrans antibruit dans la région de Montréal : une barrière sonore à l’équité environnementale ? (thèse de maîtrise), Université du Québec à Montréal, Institut national de la recherche scientifique, , 130 p. (lire en ligne [PDF]).
  82. Nicolas Oppenchaim, « La mobilité comme accessibilité, dispositions et épreuve : trois paradigmes expliquant le caractère éprouvant des déplacements à Paris », Articulo, no 7,‎ (ISSN 1661-4941, DOI 10.4000/articulo.1767, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2020).
  83. Prya et Uteng, 2009.
  84. Christiane Imsand, « Les Grisons ont la tête dure », ArcInfo, .
  85. a et b « Automobile », sur Dictionnaire historique de la Suisse, .
  86. (en) Agence européenne pour l'environnement, « Indicator Assessment - Emissions of air pollutants from transport », sur eea.europa.eu, (consulté le 13 février 2021).
  87. (en) ACEA, « Improving air quality is an important objective for Europe », sur acea.be (consulté le 19 octobre 2020).
    Voir graphique « Evolution of emission standards - passenger cars » en bas d'article.
  88. « Ligue de défense des conducteurs », sur societe.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Automobile.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]