Ronan Farrow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ronan Farrow
Image dans Infobox.
Ronan Farrow en 2018.
Fonction
Yale Journal of International Affairs (en)
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Satchel Ronan O'Sullivan Farrow
Nationalité
Formation
Activité
militant des droits de l'homme
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Rédacteur à
Famille
Mia Farrow (mère)
Woody Allen (père)
Soon-Yi Previn (sœur)
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Cheveux
Distinctions

Satchel Ronan O'Sullivan Farrow, né le à New York, et plus connu sous le nom de Ronan Farrow, est un militant des droits de l'homme, ancien conseiller du gouvernement américain. Avocat de formation, il est également journaliste et lauréat du prix Pulitzer en 2018 pour son enquête sur l'affaire Harvey Weinstein.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

En 2004, Ronan Farrow est diplômé du Bard College dans deux matières principales, la philosophie et la biologie[1],[2],[3]. Il a 15 ans (le plus jeune de l'histoire de l'établissement), ce qui fait de lui un surdoué[4],[2]. En 2009, il sort diplômé de l'École de droit de Yale, où il a dirigé la revue Yale Journal of International Affairs[5],[6]. Il effectue un stage au bureau de l'avocat en chef de la commission des relations internationales de la Chambre des représentants. Il est ensuite admis au barreau de New York tout en travaillant dans le droit humanitaire[7],[2]. En 2011, il bénéficie d'une bourse Rhodes - sorte de Nobel des surdoués - lui permettant d'étudier pendant un an la science politique et les relations internationales à l'université d'Oxford[8],[9],[3].

Activités[modifier | modifier le code]

Ronan Farrow en 2012

Ronan Farrow est porte-parole de l'UNICEF entre 2001 et 2009[5]. Lors d'une mission au Soudan, il contracte une infection osseuse qui le condamne à utiliser une chaise roulante puis des béquilles pendant quatre ans[10],[9]. Il publie plusieurs tribunes dans la presse américaine au sujet de la guerre du Darfour[11]. Il entre au département d'État des États-Unis en tant que conseiller spécial aux affaires humanitaires du diplomate Richard Holbrooke, le représentant spécial pour l'Afghanistan et le Pakistan, pour lequel il écrit des discours, dès l’âge de 23 ans[4],[3].

Participants au National Cherry Blossom Festival[12] à Washington, avec Ronan Farrow sur la droite

À partir de 2011, il occupe le poste de conseiller spécial de la secrétaire d'État Hillary Clinton sur les questions relatives à la jeunesse[5],[13],[2].

Il écrit pour le Los Angeles Times, l’International Herald Tribune, ou encore The Wall Street Journal[6],[2]. Il rédige un livre consacré aux effets de l'aide militaire et économique américaine, dont il vend les droits à l'éditeur Penguin Books[7],[8].

À partir de , il présente une émission quotidienne, intitulée Ronan Farrow Daily, sur la chaîne d'information MSNBC[8],[14],[9]. Les audiences de l'émission déçoivent la chaîne qui la déprogramme en et annonce qu'il interviendra dans d'autres émissions en tant que correspondant[15]. Il est ensuite sous contrat avec la NBC pour des sujets d'investigation[4]

En 2017, son enquête sur Harvey Weinstein, publiée dans The New Yorker au terme de dix mois de recherches, corrobore celle de The New York Times et donne de l'ampleur aux accusations de harcèlement sexuel du producteur[16],[4],[10]. Il en obtient le prix Pulitzer du service public partagé avec trois autres journalistes du New York Times[9],[17].

En , il publie dans The New Yorker une enquête dans laquelle il accuse le président Donald Trump de monnayer le silence de jeunes femmes avec qui il aurait eu une liaison alors qu’il était déjà marié à Melania Trump[10],[18].

En 2019, il publie un best-seller intitulé Catch and Kill: Lies, Spies, and a Conspiracy to Protect Predators (Les faire taire : Mensonges, espions et conspirations : comment les prédateurs sont protégés)[19],[20],[21].

En 2020, une tribune d'opinion dans le New York Times remet en cause sa méthodologie journalistique et son parti-pris[22] : « il livre des récits irrésistiblement cinématographiques - avec d'indubitables héros et des méchants - et omet souvent les faits compliqués et les détails gênants qui peuvent les rendre moins dramatiques. Parfois, il ne suit pas toujours les impératifs journalistiques typiques de divulgation et de corroboration rigoureuses, ou il suggère des complots alléchants mais ne peut les prouver »[22],[23]. L'éditeur de Farrow au New Yorker, Michael Luo, publie sur Twitter une série de démentis de l'article, soulignant le travail de contrôle des sources par leurs équipes et maintenant son soutien au travail de Farrow[24]. Dans un article pour Slate, la journaliste Ashley Feinberg note un manque de rigueur dans les arguments avancés par la tribune initiale du New York Times, « sacrifiant l'exactitude pour quelque vague perception centriste de l'impartialité »[25].

Famille et vie privée[modifier | modifier le code]

Satchel Ronan Farrow est le fils naturel de l'actrice Mia Farrow et du cinéaste Woody Allen[1],[26], couple en relation de 1979 à 1992 et vivant séparément de chaque côté de Central Park à New-York. À sa naissance, il est le benjamin d'une fratrie d'au moins sept enfants dont la majorité sont des enfants adoptés (après 1987, Mia Farrow adoptera encore d'autres enfants), et passe son enfance principalement dans la maison familiale Farrow de Bridgewater dans le Connecticut[10],[9].

À l'origine, son père lui donne le prénom de son joueur de baseball favori, Satchel Paige[6],[7] mais il décide de l'abandonner, n'ayant jamais pardonné à Woody Allen qu'il quitte sa mère pour Soon-Yi Previn, la fille adoptive de Mia et du chef d'orchestre André Previn. Qualifiant de « transgression morale » le mariage de son père avec Soon-Yi, il devient Ronan, son deuxième prénom[4],[2],[9],[3].

Après la séparation de ses parents en 1993 alors que Satchel a 6 ans, une bataille juridique au sujet de la garde de leurs enfants oppose Farrow et Allen, en défrayant la chronique ; elle est finalement accordée à la mère en 1997 et Satchel ne peut voir son père que sous surveillance[10],[27]. Prenant dès lors parti pour sa mère, Ronan Farrow en vient à ne plus avoir de contact avec son père[5],[28],[10].

À la suite de ce scandale très médiatisé, sa mère adopte six autres enfants[3]. Par ailleurs, Ronan perd tragiquement trois de ses frères et sœurs adoptifs : Tam Farrow en 2000, Lark Song Previn en 2008 et Thaddeus Wilk Farrow en 2016[29],[30],[31].

En 2013, sa mère déclare au magazine Vanity Fair que Ronan est « peut-être » (« possibly ») le fils de Frank Sinatra, avec qui elle a été mariée de 1966 à 1968, et qu'elle a continué à fréquenter par la suite[10]. Ronan Farrow, pour sa part, entretient l'incertitude en écrivant sur son compte Twitter : « Écoutez, nous sommes tous « peut-être » le[s] fils de Frank Sinatra » (« Listen, we're all *possibly* Frank Sinatra's son. »)[28],[2],[32]. Barbara Marx, qui a été mariée au chanteur de 1976 jusqu'à sa mort en 1998, estime que ces allégations n'ont aucun fondement (le chanteur avait de fait 73 ans à la naissance de l'enfant)[33]. Avec sa mère, Ronan Farrow avait néanmoins assisté aux funérailles du chanteur en 1998, à Beverly Hills[9]. Un porte-parole de Woody Allen explique que le cinéaste ne souhaite pas réagir car l'article de Vanity Fair est « fictif et absurde »[34].

À partir de 2014, Ronan Farrow défend plusieurs fois Dylan, une de ses sœurs adoptives, qui accuse Woody Allen de l'avoir agressée sexuellement par attouchements en août 1992 alors qu'elle avait 7 ans, et Satchel 4 ans[4],[19],[35],[10],[30],[3],[9],[2]. L'année précédente, son oncle maternel, John Charles Villiers-Farrow, est lui-même condamné pour abus sexuel sur enfants[36],[37],[38],[39].

En , il évoque son orientation sexuelle pour la première fois en public lors la soirée de remise de prix organisée par la Point Foundation qui célèbre les personnes LGBTQ[40],[41]. Depuis 2011, il est en couple avec Jon Lovett, scénariste, podcasteur et ancien rédacteur de discours pour Barack Obama[42],[43],[44]. Le couple annonce ses fiançailles en 2019 - Ronan Farrow ayant demandé son compagnon en mariage dans un brouillon de son livre Les faire taire, paru en [45],[21].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paix en guerre : La fin de la diplomatie et le déclin de l'influence américaine (War on peace: The End of Diplomacy and the Decline of American Influence) publié en 2018, Calmann-Lévy, 2019 (ISBN 978-2702165447).
  • Les faire taire : Mensonges, espions et conspirations : comment les prédateurs sont protégés (Catch and Kill: Lies, Spies, and a Conspiracy to Protect Predators) publié en 2019, Calmann-Lévy, 2019 (ISBN 978-2702167359).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Elizabeth Wurtzel, « New Activist: Ronan Farrow », New York,
  2. a b c d e f g et h Myrtille Serre, « Ronan Farrow, portrait de l'homme par qui arrive le scandale Harvey Weinstein », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  3. a b c d e et f Delphine Valloire, « Ronan Farrow va-t-il sauver le monde ? - L'Officiel », sur www.lofficiel.com, (consulté le )
  4. a b c d e et f Corine Lesnes, « Qui est Ronan Farrow, le "tombeur" d’Harvey Weinstein ? », lemonde.fr, 13 octobre 2017.
  5. a b c et d (en) Rebecca Ford, « Woody Allen and Mia Farrow's Son Becomes Rhodes Scholar », The Hollywood Reporter,
  6. a b et c (es) Rocío Ayuso, « El hijo 'perfecto' que Woody Allen se perdió », El País,
  7. a b et c Corine Lesnes, « Ronan Farrow, qui père gagne » Inscription nécessaire, M, le magazine du Monde,
  8. a b et c (en) Jesse Lichtenstein, « Ronan Farrow, Reluctant TV Star », The New York Times,
  9. a b c d e f g et h Gaspard Dhellemmes, « "Les faire taire" : Ronan Farrow raconte son enquête sur l'aff... », sur www.grazia.fr, (consulté le )
  10. a b c d e f g et h Thibault de Montaigu, « Qui es-tu Ronan Farrow ? », sur www.lofficiel.com, (consulté le )
  11. (en) Amy Argetsinger, Roxanne Roberts, « Mia and Ronan: Like Mother, Like Son », The Washington Post,
  12. (en) « National Cherry Blossom Festival - March 20th to April 10th 2021 », sur National Cherry Blossom Festival (consulté le )
  13. (en) Paolo Mastrolilli, « Catching Up With Ronan Farrow, Woody And Mia's World-Traveling Wunderkind », La Stampa,
  14. (en) Rupert Hawksley, « Ronan Farrow debuts his live daily talk show for youth on MSNBC », The Daily Telegraph,
  15. (en) Brian Steinberg, « MSNBC Cancels ‘Ronan Farrow Daily’ », Variety,
  16. « Qui est Ronan Farrow, l'homme par qui le scandale a pris de l'ampleur ? », sur francetvinfo.fr.
  17. Le prix Pulitzer récompense les enquêtes sur Harvey Weinstein sur telerama.com du 17 avril 2018
  18. (en) Ronan Farrow, « Donald Trump, a Playboy Model, and a System for Concealing Infidelity », sur The New Yorker, (consulté le )
  19. a et b « Les faire taire : le journaliste Ronan Farrow va publier un livre sur l’affaire Harvey Weinstein », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  20. Robin Cannone, « Avocats, espions et cocaïne... Ronan Farrow au plus près de la monstruosité d’Harvey Weinstein », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  21. a et b « En librairie. “Les faire taire” : le récit choc de Ronan Farrow sur l’affaire Harvey Weinstein », sur Courrier international, (consulté le )
  22. a et b (en) Ben Smith, « Is Ronan Farrow Too Good to Be True? », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  23. « Le New York Times donne une leçon de journalisme à Ronan Farrow », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  24. (en) Michael Luo, « Michael Luo's Twitter Statement on Ronan Farrow's Reporting », sur twitter.com, (consulté le )
  25. (en) Ashley Feinberg, « Is Ben Smith’s Column About Ronan Farrow Too Good to Be True? », sur Slate Magazine, (consulté le )
  26. (en) Eric Lax, « Woody and Mia: A New York Story », The New York Times,
  27. (en) Peter Marks, « Allen Loses to Farrow in Bitter Custody Battle », sur archive.nytimes.com, (consulté le )
  28. a et b (en) Catherine Shoard, « Mia Farrow: Woody Allen's son Ronan may be Frank Sinatra's », The Guardian,
  29. Chris Spargo, « Tragic deaths of Mia Farrow's three adopted children », sur Mail Online, (consulté le )
  30. a et b (en-US) Laura M. Holson, « Moses Farrow Defends Woody Allen, and His Family Pushes Back », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  31. (en) « Mia Farrow’s son Thaddeus ‘killed himself’ », sur NewsComAu, (consulté le )
  32. (en) Catherine Shoard, « Mia Farrow: Woody Allen's son Ronan may be Frank Sinatra's », sur the Guardian, (consulté le )
  33. (en-US) Lauren Moraski, « Barbara Sinatra weighs in on Mia Farrow's paternity comments », sur www.cbsnews.com, (consulté le )
  34. (en) Lauren Moraski, « Barbara Sinatra weighs in on Mia Farrow's paternity comments », CBS News,
  35. Jack Dion, « Woody Allen face aux nouveaux censeurs », sur Marianne, (consulté le )
  36. (en) « Mia Farrow's Brother Arrested On Child Sex Abuse Charges », sur HuffPost, (consulté le )
  37. Rachel Quigley, « Mia Farrow's brother sentenced to 25 years in jail for sexual abuse », sur Mail Online, (consulté le )
  38. (en-US) « Mia Farrow’s Brother Sentenced for Child Sex Abuse », sur NBC4 Washington, (consulté le )
  39. (en-US) Crimesider staff, « John Charles Villers-Farrow, Mia Farrow's brother, sentenced to 10 years for sexually abusing boys », sur www.cbsnews.com, (consulté le )
  40. « Ronan Farrow : Le fils de Woody Allen fait son coming-out », Pure People,‎ (lire en ligne)
  41. « Ronan Farrow reçoit le prix Pulitzer pour son enquête sur Harvey Weinstein », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne)
  42. Ashley Collman, « Meet Ronan Farrow, the 31-year-old son of Mia Farrow and Woody Allen who graduated college at 15 and helped expose Harvey Weinstein », sur Insider (consulté le )
  43. (en) Player FM, Jon Lovett (lire en ligne)
  44. Clémentine Goldszal, « Affaire Weinstein, diplomatie américaine : Ronan Farrow, un enquêteur pressé », M, le magazine du Monde,‎ (lire en ligne)
  45. « Ronan Farrow est fiancé à Jon Lovett, l'animateur du podcast Pod Save America », sur E! News, wed oct 16 06:45:00 pdt 2019 (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]