Christian VII

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Christian VII
Kristian VII
Illustration.
Portrait de Christian VII en costume de sacre
(par Alexandre Roslin, vers 1772)
Titre
Roi de Danemark et de Norvège

(42 ans, 1 mois et 28 jours)
Prédécesseur Frédéric V
Successeur Frédéric VI
Biographie
Dynastie Maison d'Oldenbourg
Nom de naissance Christian af Oldenborg
Date de naissance
Lieu de naissance Copenhague
Drapeau de Danemark-Norvège Danemark-Norvège
Date de décès (à 59 ans)
Lieu de décès Rendsburg
Blason du Duché de Holstein Duché de Holstein
Sépulture Cathédrale de Roskilde
Père Frédéric V
Mère Louise de Grande-Bretagne
Conjoint Caroline-Mathilde de Grande-Bretagne
Enfants Frédéric VI Red crown.png
Louise-Augusta
Religion Luthéranisme danois
Résidence Palais de Christiansborg (Copenhague)

Christian VII
Monarques de Danemark-Norvège

Christian VII (en danois : Christian VII ; en norvégien : Kristian VII), né le à Copenhague et mort le à Rendsbourg, est un roi de Danemark et de Norvège. Membre de la maison d'Oldenbourg, il règne sur le royaume de Danemark et le royaume de Norvège du jusqu'à sa mort. Il est le sixième monarque danois de la période dite de la monarchie absolue.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils du premier mariage du roi Frédéric V et de Louise de Grande-Bretagne (1724 – 1751), épousée en 1743. De cette union naquirent également :

Son père se remaria en 1752 avec Juliane-Marie de Brunswick (1729 – 1796), fille du duc Ferdinand-Albert II de Brunswick-Wolfenbüttel. De ce mariage est issu :

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années (1749-1766)[modifier | modifier le code]

Naissance et famille[modifier | modifier le code]

Le prince Christian est né le dans la Chambre de la Reine au palais de Christiansborg, résidence principale de la monarchie danoise sur l'île de Slotsholmen au centre de Copenhague. Il est le fils du roi Frédéric V de Danemark et de Norvège et de sa première épouse, la princesse Louise de Grande-Bretagne. Le bébé est baptisé deux heures après la naissance par l'aumônier du roi. Sa grand-mère paternelle, la reine douairière Sophie-Madeleine, a porté le prince lors du baptême en tant que marraine. Ses autres parrains et marraines sont son père, le roi Frédéric V, sa tante, la princesse Louise de Danemark, et sa grand-tante, la princesse Charlotte-Amalie de Danemark. Après le baptême, le prince nouveau-né a été placé dans un berceau de parade avec un baldaquin pour la vue de tous les nombreux invités qui étaient venus pour constater la venue du nouveau-né[1].

Livret de La contesa dei numi, Copenhague, 1749

Le roi Frédéric et la reine Louise avaient déjà eu un fils en 1745 (également du nom de Christian), mais il était mort en 1747, et Christian était donc prince héritier de naissance. Les espoirs étaient donc grands pour l'avenir du nouvel héritier du trône. Le compositeur allemand Christoph Willibald Gluck, qui séjourna au Danemark de 1748 à 1749, composa à l'occasion de la naissance du prince héritier la scène musicale La contesa dei numi (La Dispute des dieux), où les divinités olympiennes se réunissaient sur les rives du Grand Belt pour discuter de qui doit protéger en particulier le nouveau prince. Elle a été joué pour la première fois au palais de Charlottenborg le , à l'occasion du premier service religieux de la reine après la naissance[2].

Christianus Princeps Daniae et Norvegiae Haeres. Gravure sur cuivre de Johan Martin Preisler après un tableau de Carl Gustaf Pilo de 1752.

Le prince Christian appartient à une famille déjà composée de deux petites filles, les princesses Sophie-Madeleine (née en 1746) et Wilhelmine-Caroline (née en 1747), et qui s'élargit encore avec l'arrivée de la princesse Louise en 1750. Il perd sa mère à l'âge de presque trois ans lorsque la reine Louise meurt lors de sa sixième grossesse à 27 ans[3]. Déjà l'année suivante, son père épouse la duchesse Juliane-Marie de Brunswick-Wolfenbüttel qui devient la mère de son demi-frère, le prince Frédéric en 1753[4].

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Le prince Christian enfant, par Carl Gustaf Pilo.

Après la mort prématurée de la mère, le jeune prince est largement privé de l'affection parentale. Sa belle-mère, la reine Juliane Marie, ne montre aucun intérêt pour lui, préférant son fils biologique, le prince Frédéric. Menant un style de vie libertin marqué par l'alcoolisme et le satyrisme, le père lui-même est devenu de plus en plus indifférent à l'enfant timide et sensible, qui était également sujet aux crises d'épilepsie. Pourtant, de nombreux récits suggèrent que Christian, enfant, avait une personnalité positive et, dans certains domaines, a même montré des capacités remarquablement bonnes, tout comme il avait une capacité à comprendre rapidement les problèmes ainsi qu'une bonne mémoire[5]. Il apprend couramment le danois, l'allemand et le français - le danois, comme la caractéristique est exprimée, "mieux que n'importe quel roi danois pendant longtemps". Il était aussi un bon danseur et pouvait se produire avec une grande dignité[6].

Le prince Christian enfant, par Louis Tocqué.

Bien que le prince Christian, enfant, fût très doué et d'un tempérament social, il était en même temps très nerveux[7]. Ce trait a été développé lorsqu'il a obtenu le noble holsteinois Ditlev von Reventlow comme précepteur. Reventlow était probablement à la fois fiable et consciencieux, mais d'un tempérament colérique et ne connaissait pas la pédagogie. Il a introduit un système de fouet dans l'éducation du prince progressivement opprimé, afin d'instiller des connaissances par la force, sans se soucier de savoir si elles étaient comprises ou non[5]. On pense que les abus de Reventlow ont supprimé les capacités empathiques du jeune prince, de sorte qu'il est devenu une personne à la fois timide et vicieuse, avec un fort désir de vengeance et un manque de confiance en les autres. Le talent qu'il avait le plus fortement développé, et qu'il savait le mieux utiliser, était le ridicule et la joie blessée. En conséquence, son plus grand plaisir était d'imiter les ministres et les autres personnes avec lesquelles il était associé[6].

Le prince Christian enfant, par Peder Als.

Le prince avait d'autres enseignants, mais ils n'ont pas réussi à changer le contrôle de Reventlow sur l'enseignement. Christian avait une relation particulièrement bonne avec son professeur suisse de littérature française, Elie Salomon François Reverdil, qui sait éveiller son intérêt pour la philosophie et les idées des Lumières. Mais Reventlow a surtout réussi à interrompre lorsque Reverdil a attiré l'attention du prince[8].

Débuts du règne (1766-1769)[modifier | modifier le code]

Accession au trône[modifier | modifier le code]

Le roi Christian VII, par Alexandre Roslin.

Le , le roi Frédéric V meurt après une longue période de maladie, âgé seulement de 42 ans. À la mort de son père, Christian lui succéde sur le trône dano-norvégien à l'âge de 17 ans seulement et devient le roi Christian VII en tant que cinquième monarque absolu des royaumes. Le même jour, Christian est proclamé roi au balcon du palais de Christiansborg par l'homme d'État Johann Hartwig Ernst Bernstorff, après quoi Christian lui-même sort sur le balcon et agite son chapeau à la foule présente.

Aussitôt après son accession, une lutte pour le pouvoir sur le nouveau roi commence : des personnes de la cour, de l'administration et de l'armée qui s'étaient opposées aux ministres de Frédéric V tentent d'influencer le roi pour qu'il prenne personnellement charge du gouvernement indépendamment de ces ministres et chefs de collège. Le résultat est une série continue d'intrigues, de licenciements rapides et d'initiatives politiques déficientes[9]. Le roi Christian est pleinement conscient de la situation, et plusieurs de ses ministres sont étonnés de son approche claire et distincte des problèmes[6]. Mais en même temps, il s'avère être malveillant et vicieux, et dans ces cas provoque l'inconfort de ses employés[10].

Mariage[modifier | modifier le code]

La princesse Caroline-Mathilde en 1766, l'année de son mariage. Pastel par Francis Cotes.

Cette même année, il épouse sa cousine germaine, la princesse Caroline-Mathilde de Grande-Bretagne, qui est la sœur du roi britannique régnant George III. Déjà en 1764, un mariage dynastique est suggéré entre la Maison danoise d'Oldenbourg et la Maison britannique de Hanovre, ainsi entre le prince héritier Christian et une princesse britannique. Le mariage est jugé approprié car les deux familles royales sont protestantes et de même rang, et ont donc le même statut au regard de la religion. En outre, la défunte reine Louise a été très populaire au Danemark. Initialement, les négociations de mariage concernent la plus âgée des filles non mariées du prince de Galles, la princesse Louise Anne, mais après que le représentant danois à Londres, le comte de Bothmer, ait été informé de sa constitution faible, c'est sa sœur cadette, Caroline-Mathilde, qui est choisie à sa place[11]. Les fiançailles officielles sont donc annoncées le [12],[13].

Le roi Christian VII et la reine Caroline-Mathilde dansant dans la grande salle du palais de Christiansborg au bal à l'occasion de leur mariage.

Un mariage par procuration a lieu le à la chapelle royale du palais Saint James de Londres, où le frère aîné de la mariée, le duc d’York et d’Albany, était l'adjoint de Christian. Deux jours plus tard, Caroline Mathilde, âgée alors de 15 ans, quitte Harwich pour Rotterdam pour se rendre au Danemark. Après trois semaines de voyage, elle arrive à la ville frontière d'Altona dans le duché de Holstein, alors partie de la monarchie danoise. Douze jours plus tard, Caroline-Mathilde arriva à la ville de Roskilde, où elle rencontre pour la première fois son futur mari. Le , elle fait son entrée dans une Copenhague jubilatoire, et plus tard le même jour, la cérémonie du mariage est célébrée à la chapelle du palais de Christiansborg avec le marié présent[12]. La célébration de mariage est considérée comme l'une des plus fastueuses de la monarchie danoise. Les différentes cérémonies et bals durent un peu plus d'un mois.

Célébration populaire à la manège de Christiansborg lors du sacre de Christian VII en 1767.

Le , le cérémonial du changement de trône se termine avec le sacre du nouveau roi et de la nouvelle reine. Pendant la monarchie absolue, les sacres des monarques danois eut traditionnellement lieu dans la chapelle du château de Frederiksborg à Hillerød sur l'île de Seeland au nord de Copenhague, le sacre de Christian VII étant la seule exception, ayant lieu dans la chapelle du palais de Christiansborg[14].

Naissance du prince héritier Frédéric, futur roi Frédéric VI, en 1768.

Néanmoins, le mariage ne sera pas réussi et le roi ne tarde pas à délaisser son épouse. Il ne rend visite à la reine dans ses appartements qu'à contrecœur, et Reverdil doit intervenir, entre autres avec des lettres d'amour au nom du roi, afin que le mariage puisse aboutir à un héritier du trône[15]. Par la suite, le , la reine Caroline-Mathilde donne naissance dans la Chambre de la Reine du palais de Christiansborg au seul enfant commun du couple royal, un fils et héritier du trône, le prince héritier Frédéric, futur roi Frédéric VI.

Le voyage à l'étranger[modifier | modifier le code]

En 1768 et 1769, Christian entreprend un long voyage à l'étranger et visite plusieurs cours en Europe. Le voyage est organisé par des membres du gouvernement qui pensent que de nouvelles impulsions et un nouvel environnement pourraient changer la façon d'être du roi. C'est au cours de ce voyage qu'il fait la connaissance du médecin Johann Friedrich Struensee. Struensee est le premier à comprendre que le roi a des problèmes. Lorsque Christian rentre du voyage, Struensee est avec lui, employé comme médecin du roi.

La période de Struensee (1769-1772)[modifier | modifier le code]

Johann Friedrich Struensee, médecin du roi, en 1771, par Jens Juel.

Malade et déséquilibré, Christian VII laissa de facto les rênes du pouvoir à son médecin, Johann Friedrich Struensee, qui mena une politique libérale et humaniste, audacieusement inspirée des Lumières. Amant de la reine, ministre du conseil privé, le comte Johann Friedrich Struensee exerce le pouvoir jusqu'à un coup d'État en 1772 : la belle-mère du roi, Juliane-Marie de Brunswick-Wolfenbüttel, évincée du pouvoir sous l'influence de Struensee, manipule Christian VII avec l'appui de la noblesse hostile aux réformes humanistes. Elle réussit à lui faire signer l'arrestation du ministre, qui sera décapité, et à isoler, y compris de ses enfants, la reine Caroline-Mathilde. Celle-ci sera condamnée à l'exil, et l'union royale se dissoudra.

Assignée à résidence au château de Celle dans le Hanovre, la reine Caroline-Mathilde avait eu deux enfants :

La période de Høegh-Guldberg (1772-1784)[modifier | modifier le code]

La reine douairière Juliane-Marie montrant un portrait de son fils, le prince héréditaire Frédéric. Portrait par Johann Georg Ziesenis, 1766-1767.

À partir de 1772, son état de démence s'aggravant, Christian VII n'est plus que nominalement roi de Danemark. Jusqu'en 1784, le pays est gouverné par Juliane-Marie de Brunswick-Wolfenbüttel, belle-mère du roi, par le fils de celle-ci, Frédéric, prince héréditaire de Danemark, qui est régent, et par son ministre Ove Høegh-Guldberg. Cette période est marquée par un retour à l'ordre ancien.

Cependant, son biographe Ulrik Langen remet en cause la folie de Christian VII. Pour lui le roi n'aurait pas été fou mais aurait simulé la folie[16].

Dernières années (1784-1808)[modifier | modifier le code]

En 1784, le fils de Christian VII, Frédéric VI, s'empare de la régence du royaume, évinçant Frédéric. Cette régence est marquée par des réformes libérales et agraires, reprenant la voie ouverte par Johann Friedrich Struensee, mais aussi par les débuts désastreux des guerres napoléoniennes.

Mort du roi et inhumation[modifier | modifier le code]

Tombeau de Christian VII dans la nécropole royale de la cathédrale de Roskilde.

Physiquement et mentalement détruit, Christian VII meurt à 59 ans d'un anévrisme cérébral au château de Rendsburg, dans le duché de Holstein, en 1808, après plus de 40 ans d'un long règne controversé au cours duquel son instabilité mentale l'a empêché d'exercer réellement le pouvoir.

Christian VII fut inhumé dans la chapelle Frédéric V de la cathédrale de Roskilde, la nécropole traditionnelle des rois de Danemark[17].

Dans l'art et la culture[modifier | modifier le code]

Kristian Zahrtmann (1873): Scene de la cour de Christian VII. La reine et Struensee jouent aux échecs tandis que le roi joue avec son perroquet (collection Hirschsprung).
Kristian Zahrtmann (1881): Interieur de la cour de Christian VII (collection Hirschsprung).

L'histoire du roi Christian VII, son mariage avec la reine Caroline-Mathilde, et leur relation complexe avec Johann Friedrich Struensee, ainsi que le conflit entre Struensee et les dirigeants danois a inspiré de nombreuses reproductions artistiques:

Littérature[modifier | modifier le code]

  • 1935 : (de) Else von Hollander-Lossow, Die Gefangene von Celle [« La prisonnière de Celle »], E. A. Seemann,
  • 2000 : Per Olov Enquist (trad. du suédois par Marc de Gouvenain et Lena Grumbach), Le Médecin personnel du roi [« Livläkarens besök »], Actes Sud,
  • 2000 : (da) Bodil Steensen-Leth, Prinsesse af blodet [« Princesse du sang »], Forum, [18]. Le film Royal Affair est basé sur ce roman.
  • 2015 : (it) Dario Fo, C'è un re pazzo in Danimarca [« Il y a un roi fou au Danemark »], Chiarelettere,

Films et télévision[modifier | modifier le code]

Généalogie[modifier | modifier le code]

Arbre généalogique[24][modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (da) « Royale dåb gennem tiden », kristendom.dk (consulté le )
  2. (da) « Charlottenborg - et stop på din musikalske byvandring gennem København » [archive du 15. september 2011], Bibliotheque royale
  3. (da) « Dronning Louise », sur gravsted.dk (consulté le )
  4. (da) Edvard Holm, « Juliane Marie », Dansk biografisk Lexikon, tillige omfattende Norge for tidsrummet 1537-1814, Copenhague, Gyldendals Forlag, vol. 8,‎ , p. 612 (lire en ligne)
  5. a et b Holm 1889, p. 511.
  6. a b et c Holm 1889, p. 512.
  7. Langen 2008, p. 51.
  8. Langen 2008, p. 63.
  9. Feldbæk 1990, p. 221.
  10. Holm 1889, p. 513.
  11. Bregnsbo 2012.
  12. a et b Ward 1887, p. 145.
  13. (en) « Westminster, January 10 », London Gazette, no 10486,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le ).
  14. (da) Anders Monrad Møller, Enevældens kroninger. Syv salvinger - ceremoniellet, teksterne og musikken [« Les sacres de la monarchie absolue. Sept onctions - le cérémonial, les paroles et la musique »], Copenhague, Forlaget Falcon, , 128-49 p. (ISBN 978-87-88802-29-0)
  15. Engberg 2009, p. 37.
  16. « Les Lumières au Danemark sur Paroles d'histoire »
  17. (da) « Christian VII : Dansk konge 1766-1808 », sur gravsted.dk
  18. Forum, maison d'édition danoise. Non traduit
  19. (en) Die Liebe einer Königin sur l’Internet Movie Database
  20. (en) The Dictator sur l’Internet Movie Database
  21. (en) Herrscher ohne Krone sur l’Internet Movie Database
  22. (en) En kongelig affære sur l’Internet Movie Database
  23. Dramatisk romance ved hoffet skildres i ny film, 16. februar 2011 (« Un nouveau film pour dépeindre une histoire d'amour dramatique à la cour », article paru dans le Politiken du 16 février 2011").
  24. Christoph Heinrich von Ammon, Genealogie ascendante jusqu'au quatrieme degre inclusivement de tous les Rois et Princes de maisons souveraines de l'Europe actuellement vivans, reduite en 114 tables ..., Aux Depens de L'Auteur, Se Vend Chez Etienne de Bourdeaux, (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (sv) Arvid Ahnfelt, Från Europas hof, dess furstehus och aristokrati : skildringar hemtade i nya specialverk samt svenska och utländska arkiv. [« Des cours d'Europe, de ses maisons princières et de son aristocratie : descriptions reprises dans de nouveaux ouvrages spéciaux ainsi que des archives suédoises et étrangères. »], vol. 1, Stockholm, Oscar L. Lamms förlag, (lire en ligne)
  • (da) Asser Amdisen, Til nytte og fornøjelse : Johann Friedrich Struensee (1737-1772) [« Pour le bénéfice et le plaisir : Johann Friedrich Struensee (1737-1772) »], Copenhague, Akademisk Forlag, (ISBN 87-5-003730-7)
  • (de) Paul Barz, Doktor Struensee : Rebell von oben [« Docteur Struensee : Rebelle d'en haut »], Munich, Kabel Ernst Verlag, (ISBN 3-8225-0001-1)
  • (da) Michael Bregnsbo, Caroline Mathilde. Magt og skæbne [« Caroline Mathilde. Pouvoir et destin »], Copenhague, Lindhardt og Ringhof, (ISBN 978-8-7113-9265-2, lire en ligne)
  • (da) Jens Engberg, Den standhaftige tinsoldat [« Le Stoïque Soldat de plomb »], Copenhague, Politikens Forlag, (ISBN 978-87-567-9325-4).
  • (da) Ole Feldbæk, Den Lange Fred [« La longue paix »], Copenhague, Gyldendal et Politikens Forlag, coll. « Gyldendal og Politikens Danmarkshistorie », (ISBN 87-89068-11-4)
  • (da) Edvard Holm, « Christian VII », Dansk biografisk Lexikon, tillige omfattende Norge for tidsrummet 1537-1814, Copenhague, Gyldendalske Boghandels Forlag, vol. V,‎ , p. 511-515 (lire en ligne)
  • (da) Ulrik Langen, Den afmægtige : en biografi om Christian den 7 [« L'impuissant : Une biographie de Christian VII »], Copenhague, Jyllands-Postens Forlag, (ISBN 8776920933 et 9788776920937, OCLC 1075859885, lire en ligne)
  • (da) Benito Scocozza, Politikens bog om danske monarker [« Le livre de Politiken sur les monarques danois »], Copenhague, Politikens Forlag, (ISBN 87-567-5772-7 et 978-87-567-5772-0, OCLC 463732415, lire en ligne).
  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Christian VII » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (lire sur Wikisource)
  • (da) Adolphus William Ward, « Caroline Matilda », Dictionary of National Biography, 1885-1900, Londres, Smith, Elder, & Co., vol. 9,‎ (lire en ligne)

Sources primaires publiées[modifier | modifier le code]

  • (da) Marianne Alenius (dir.), Mit ubetydelige Levnets Løb. Efter Charlotte Dorothea Biehls breve., Copenhague, Museum Tusculanums Forlag,
  • (da) Svend Cedergreen Bech (dir.), Brev fra Dorothea. Af Charlotta Dorothea Biehls historiske breve, Copenhague, Politikens Forlag,

Liens externes[modifier | modifier le code]